Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Confrontés à une offre indigène de viande de boeuf très supérieure aux moyennes saisonnières, les abattoirs sont submergés.
© J. Scott Applewhite/AP Photo ©

Canicule

La sécheresse provoque des embouteillages aux abattoirs

Dans l’incapacité de nourrir leurs bêtes, les agriculteurs suisses se précipitent à la porte des boucheries. Celles-ci peinent à absorber l’offre, qui dépasse la demande et se répercute sur les prix

La sécheresse n’en finit plus, le fourrage manque et beaucoup d’éleveurs helvétiques décident de mener leurs vaches à l’abattoir plus tôt que prévu. Résultat: l’offre explose et les prix baissent. Après l’Union suisse des paysans en début de semaine, c’est l’interprofession suisse de la filière carnée, Proviande, qui se réunissait ce vendredi en séance extraordinaire pour tenter de soulager le marché.

Lire aussi: Les paysans suisses appellent la Confédération à l’aide

«Jusqu’à trois fois l’offre habituelle»

«Nous sollicitons généralement chaque mois une autorisation d’importation de viande auprès de l’Office fédéral de l’agriculture», explique Heinrich Bucher, directeur de Proviande. «Vu la situation, nous avons décidé de prolonger la demande du mois dernier.» Les 800 tonnes commandées à l’étranger en juillet sont jugées suffisantes pour couvrir également le mois d’août. «Il y a assez d’offre indigène pour le moment, dit-il. Elle a doublé, voire triplé dans certains abattoirs. C’est la première fois que nous sommes confrontés à une situation de ce type.»

Lire également: Canicule: La Confédération abaisse les droits de douane sur le fourrage 

Pour compléter cette première mesure, la filière carnée helvétique a également décidé de faire preuve de pédagogie: «Le marché n’est pas en crise et la demande est normale, dit le directeur de Proviande, il y a simplement trop d’offres. Nous allons donc discuter avec les grands abattoirs pour qu’ils ne mettent pas de pression sur les prix et, du côté des producteurs, suggérer qu’ils ne se précipitent pas tous en même temps pour faire boucherie. Jusqu’à ce que le marché se stabilise et qu’offre et demande soient de nouveau à l’équilibre.» Contrairement à l’USP, Proviande ne souhaite pas – pour le moment – demander de l’aide à la Confédération. «Nos propres mesures devraient suffire», espère son directeur.

«Marre des grillades»

L’été radieux n’a-t-il toutefois pas également eu un effet positif sur la demande de viande en Suisse? «Il y a une hausse quand la saison des grillades commence, dit Heinrich Bucher. Mais là, il fait beau tous les jours. Après quelque temps, les gens ont en marre des grillades.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a