Le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) emploie 1100 collaborateurs, dont 560 pour les demandes d'asile. Selon la NZZ am Sonntag, 8% de ces derniers seront supprimés en raison de la baisse des requêtes.

La décision touche 45 emplois à durée déterminée, qui ne seront donc pas renouvelés à la fin 2020, confirme la porte-parole de Département de Justice et police, auquel fait partie le SEM. Comme mesure d'accompagnement, les postes vacants seront uniquement offerts à l'interne.

L'effet de la fermeture des frontières

Le nombre de demandes d'asile a fortement diminué depuis 2015. A cette époque, il dépassait la barre des 40 000. L'an dernier, il n'était plus que de 14 000. Cette année, en raison de la pandémie et des fermetures de frontières, il devrait encore baisser significativement.

Le département traite les dossiers de demande toujours plus rapidement, à la suite de l'entrée en vigueur d'une révision de la loi sur l'asile, en mars 2019. Deux groupes sont alors à distinguer, le processus de traitement accéléré (dans les 29 jours) et les autres. Il en est résulté une course entre les régions pour savoir laquelle présenterait le plus grand nombre de cas résultant d'un traitement accéléré, critique le quotidien zurichois.

. .