Vendredi, dernier jour des mobilisations sectorielles de la fonction publique genevoise, c'était au tour du secteur social de manifester. Dans un premier temps, 200 fonctionnaires sont descendus dans la rue pour dénoncer les baisses de subventions dont elles sont victimes et qui mettent en danger les services qu'elles apportent aux plus «fragiles»: handicapés, enfants, vieillards.

Accuser ainsi le Conseil d'Etat de faire des économies sur le dos des plus pauvres aura été le principal lien entre toutes les revendications entendues depuis lundi. Et pour montrer qu'ils se battaient tous contre «les politiques de démantèlement» du budget 2005, un millier de fonctionnaires de l'enseignement, de l'administration et de la santé ont rejoint leurs collègues vendredi en fin d'après-midi, pour une dernière marche commune. Ils espèrent ainsi avoir sensibilisé la population et les politiques à l'importance d'un service public de qualité et accessible pour tous. A voir mardi prochain, lorsque leurs représentants rencontreront le Conseil d'Etat.