Selon les termes du nouveau droit du bail, un loyer sera considéré comme «abusif» s'il dépasse de plus de 15% le loyer comparatif, calculé d'après certains critères (taille du logement, ancienneté, proximité des transports publics ou de commerces…). Selon les responsables du site Internet Comparis.ch, 8% des locataires paient actuellement un loyer qui serait excessif selon le nouveau droit.

Début janvier, Comparis.ch a défié les autorités fédérales en invitant les internautes à établir leur propre loyer comparatif. Selon le droit du bail dont le sort sera scellé dimanche, ces données ne devraient être accessibles qu'aux instances de médiation, en cas de contestation. Quelque 30 000 internautes ont entré les données relatives à leur logement. Les animateurs du site en ont compilé 21 000 dans 13 cantons. Les calculs de Comparis demeurent indicatifs, les critères n'étant pas nécessairement ceux qui seront utilisés par l'Office fédéral du logement.

Vaud, champion des loyers excessifs

Entre le loyer réel et le loyer comparatif, les différences les plus fortes sont observées à Soleure, Bâle et Bienne. Bien que réputés chers, Zurich et Zoug seraient les plus proches de la référence. Vaud aussi, mais ce canton constituerait un cas particulier car il serait aussi le champion des loyers «surpayés», près d'un sur dix, selon Comparis. Par rapport au niveau d'équipement (lave-vaisselle, machine à laver, etc.), les logements moyens (quatre points d'équipement sur une échelle de six) seraient les plus chers en proportion, tandis que les moins – et surtout, curieusement, les plus – équipés se révéleraient les plus abordables. Les analystes notent aussi que les logements de moins de 50 m2 offriraient «le meilleur rapport qualité-prix», soit 10% en dessous du loyer comparatif. Enfin, si les jeunes, sans surprise, occupent les plus petites surfaces, on note que les célibataires de 35 à 64 ans jouissent, compté en m2 par personne, d'un volume supérieur aux couples du même âge.