Est-on en train de répéter les mêmes erreurs que l’an dernier lors de la deuxième vague?