Une enquête externe devra déterminer si des mesures coercitives disproportionnées ont été appliquées contre des requérants d’asile dans certains centres fédéraux. Le secrétariat d’Etat aux migrations a chargé l’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer d’investiguer.

Des plaintes pénales ont été déposées à la suite d’un certain nombre d’incidents, qui font actuellement l’objet d’enquêtes pénales, écrit le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) mercredi.

Selon plusieurs médias, des mesures coercitives disproportionnées auraient été appliquées à l’encontre de demandeurs d’asile dans certains centres fédéraux (CFA). Des locaux de réflexion n’auraient pas été utilisés conformément aux prescriptions et les rapports d’intervention portant sur l’usage de la contrainte par le personnel de sécurité n’auraient pas été correctement établis.

Le directeur du SEM, Mario Gattiker, a chargé l’ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer d’élucider les reproches formulés et de rédiger un rapport. Le public sera informé des résultats de l’enquête, précise le SEM.

Audit interne en cours

Un audit interne est déjà en cours pour examiner les processus liés à la sécurité et la manière dont ils sont mis en œuvre. Ses résultats et les éventuelles propositions d’amélioration feront aussi l’objet d’un rapport.

Lire aussi: Le système d’asile suisse de nouveau remis en question

Outre les structures internes, les modalités de recrutement des agents de sécurité doivent être revues, ainsi que leur formation de base et leur formation continue, dit le SEM.

Personnel supplémentaire

Pour éviter «autant que faire se peut» les conflits violents entre requérants ainsi qu’entre requérants et collaborateurs des centres, le SEM a déjà élaboré un plan de prévention de la violence.

D’autres mesures, dont certaines sont déjà appliquées, visent à réduire encore les facteurs de risque. Depuis plusieurs mois, du personnel supplémentaire est ainsi déployé dans les centres afin de déceler les éventuelles situations conflictuelles et de prendre les mesures préventives qui s’imposent.

Les premiers échos sont positifs, selon le SEM. Le nombre d’affrontements violents et d’interventions de la police a ainsi déjà baissé.

Aumôniers musulmans

Parmi les autres projets-pilotes figure l’engagement d’aumôniers musulmans dans les centres de Suisse occidentale et la mise en place de consultations régulières sur les problèmes de dépendance.

Lire aussi: Les centres pour requérants d’asile au bord du gouffre

Le SEM étudie aussi la possibilité de créer un bureau externe chargé de recueillir les plaintes des requérants. Ces derniers pourraient ainsi dénoncer tout comportement incorrect en dehors du cadre du secrétariat aux migrations. Ils restent bien sûr également libres de porter plainte à tout moment.