Chaque année, un million de personnes se blessent en Suisse dans des accidents non professionnels et près de 2000 en meurent. Ces accidents engendrent des coûts matériels de 12 milliards de francs par an.

C’est ce qui ressort de la dernière brochure «Status 2011» du Bureau de prévention des accidents (bpa), publiée mercredi. Pour 2009, cette statistique recense 610’000 blessés dans des accidents domestiques et de loisirs, 315’000 dans des accidents de sport et 90’000 dans des accidents de la route.

Parmi ces derniers, seuls 25’000 ont été enregistrés par la police. Entre 2000 et 2010, les blessés et les morts du trafic routier recensés par la police ont fortement diminué: de 30’000 à 24’000 blessés et de 592 à 327 tués.

Mais globalement, les chiffres des accidents non professionnels ont peu changé au cours des dernières années. Ils font bon an mal an près de 2000 tués, 3000 invalides et 90’000 victimes de blessures graves (plus de 7 jours d’hôpital) ou moyennement graves (1 à 6 jours d’hôpital).

Nombreuses chutes

La première cause d’accident dans l’habitat et les loisirs est la chute. Elle représente 81% des cas mortels et près de neuf tués sur dix ont plus de 65 ans.

En 2009, la plupart des blessures étaient dues à des «chutes de plain-pied ou faux pas» (176’000), ainsi qu’à des «chutes d’une certaine hauteur» (70’000) ou «dans les escaliers» (70’000). Ces dix dernières années, le nombre de blessés dans ce secteur a augmenté de 565’000 à 610’000.

Sports dangereux

Dans le sport également, le nombre de blessés a augmenté en dix ans, passant de 281’000 à 315’000. Les disciplines les plus en cause sont les jeux de balle et les sports d’hiver, avec chacun plus de 90’000 blessés par an.

Plus de 40’000 personnes se blessent en outre à vélo et sur patins à roulettes. La plupart des décès restent cependant attribués aux sports de montagne, environ 70 en moyenne annuelle. Ils font en outre quelque 10’000 blessés.

Si l’on compare sur les 25 dernières années le nombre de blessés dans des accidents non professionnels avec le nombre d’assurés, on note une légère tendance à la baisse. Entre 1985 et 1995, la proportion de blessés par rapport aux assurés LAA se situait entre 125 et 132 sur 1000, alors que depuis l’an 2000 elle est de 120 environ.