Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'ambassadeur de Turquie en Suisse, Ilhan Saygili, ce vendredi 12 juillet 2018.
© PETER SCHNEIDER/KEYSTONE

Turquie

Sept binationaux turco-suisses retenus en Turquie vont être libérés

Les passeports de ces doubles nationaux avaient été annulés dans le cadre de mesures faisant suite au coup d’Etat manqué de 2016, a indiqué l’ambassadeur de Turquie en Suisse

Les sept binationaux turco-suisses actuellement retenus en Turquie seront libérés le 18 juillet, indique vendredi l’ambassadeur de Turquie en Suisse Ilhan Saygili. La date de leur libération coïncide avec la levée de l’état d’urgence.

Lire aussi: En Turquie, Superdogan inaugure son régime présidentiel

Les passeports de ces doubles nationaux avaient été annulés dans le cadre de mesures administratives prises suite au coup d’Etat manqué, précise Ilhan Saygili lors d’un point de presse à Berne. Survenue dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, la tentative de putsch a été imputée au prédicateur vivant aux Etats-Unis Fethullah Gülen.

Une purge sans précédent

Interrogé sur les possibles relations entre les sept binationaux et les organisations gülénistes, l’ambassadeur turc n’a pas établi de lien direct. Il s’est contenté d’affirmer que tous les passeports annulés lors de cette période l’ont été en raison de «points d’interrogation» sur les liens entre leurs détenteurs et le prédicateur en exil.

Suite au coup d’Etat manqué, les autorités turques ont lancé des purges d’une ampleur sans précédent contre ses partisans présumés, mais aussi des opposants pro-kurdes et des journalistes critiques. Quelque 77 000 personnes ont été incarcérées et plus de 150 000 limogées ou suspendues.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a