Les autorités libyennes ont autorisé sept ressortissants suisses à quitter leur territoire. Les deux Suisses bloqués en Libye depuis le début de l'affaire Kadhafi n'ont, eux, toujours pas le droit de partir.

Les entreprises suisses ne peuvent toujours pas exercer leurs activités librement, a fait savoir vendredi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué. Les services de Micheline Calmy-Rey «s'emploient activement à trouver une solution aux problèmes» entre la Suisse et la Libye, souligne le DFAE.

Boycott officiel?

Dans ce contexte tendu, Berne se dit satisfait que Tripoli ait octroyé ces visas de sortie aux sept ressortissants qui en avaient fait la demande. Parmi ces sept personnes, certaines ont déjà quitté le pays. Les autres suivront dans les prochains jours.

D'autre part, le boycott des entreprises suisses par la Libye est avéré, a indiqué hier la TSR lors de son journal télévisé. L'ambassade de Suisse à Tripoli aurait reçu deux lettres officielles du gouvernement libyen, ordonnant littéralement à toutes les entreprises du pays de ne plus faire commerce avec les firmes helvétiques. Le DFAE a démenti le caractère officiel de ces documents.