Jean-Claude Mermoud, chargé des institutions et des relations extérieures. Elu en 1998, le conseiller d'Etat UDC a porté tous les dossiers médiatiques de ces dernières années. Mais les tensions toujours plus fortes entre le canton et les communes, comme l'enlisement du dossier des «523», pourraient compromettre ses chances d'être président en 2007.

Pascal Broulis, chargé des finances.Elu en 2002, le radical a initié la politique des «petits pas», qui devrait ramener le canton dans les chiffres noirs en 2007. Centriste, le Sainte-Crix pourrait prendre goût à la présidence, qu'il assumera tout au long de cette année. Mais il lui faudrait alors abandonner le Département des finances, dans lequel il évolue comme un poisson dans l'eau.

Anne-Catherine Lyon, chargée de la formation et de la jeunesse.Favorite de la gauche jusqu'à l'élection de son colistier Pierre-Yves Maillard, la socialiste a prouvé son aptitude au compromis, notamment dans le dossier brûlant des notes. Reste à savoir si son influence ne serait pas plus grande en restant à la tête de l'Instruction plutôt qu'en briguant la présidence faible que prévoient ses collègues.

Pierre-Yves Maillard, chargé de la santé et de l'action sociale.En un an, l'ancien syndicaliste a su se couler dans le costume du conseiller d'Etat collégial. Son expérience sous la coupole fédérale et sa vice-présidence du PS suisse lui donnent une aura fédérale qui pourrait jouer en sa faveur pour devenir président si la gauche renverse la majorité actuelle.