Le conseiller d’Etat Serge Dal Busco quittera le Conseil d’Etat genevois à la fin de la législature. L’élu du Centre aura effectué deux mandats.

«Je suis certes en pleine forme, mais le compteur tourne. Ce sera par conséquent non, je ne me représenterai pas!», indique Serge Dal Busco dans une interview publiée mardi dans La Tribune de Genève.

Le ministre ajoute que, outre la forme, il y a un autre paramètre à prendre en compte pour se décider: la relève. «Dans mon parti, Le Centre, c’est manifestement le cas», précise-t-il sans mentionner de nom.

Lire aussi: A Genève, la tentation d’une alliance avec le diable UDC

Finances et infrastructures

Serge Dal Busco a été élu au Conseil d’Etat genevois en 2013. Il a alors pris la tête du Département des finances. En 2018, il est réélu et passe au Département des infrastructures. Au moment du bilan, Serge Dal Busco estime que son action, aussi bien aux finances qu’aux infrastructures, a porté sur les conditions-cadres. Et de mentionner la réforme de l’imposition des entreprises, «sans laquelle l’économie genevoise n’en serait pas là où elle en est».

Le Centre désignera ses candidats pour le Conseil d’Etat le 15 juin. Parmi les autres magistrats actuels au Conseil d’Etat, les Verts Antonio Hodgers et Fabienne Fischer, le socialiste Thierry Apothéloz et la PLR Nathalie Fontanet ont déjà fait part de leur intention de se représenter.