Près de 450 personnes ont débarqué à Lugano lundi pour la session des Chambres fédérales. L'infrastructure hôtelière locale est suffisante pour héberger tout ce petit monde. Mais certains n'ont pas souhaité loger à l'hôtel et ont préféré se trouver un appartement pour trois semaines. C'est le cas de Didier Berberat et Jean-Claude Rennwald, tous deux locataires du Parti socialiste, qui ont décidé de louer un logement de trois pièces situé entre la gare et le lac. «Il y a une splendide terrasse et c'est plus confortable pour préparer les dossiers», fait remarquer Didier Berberat. Sur le plan financier, ils s'en sortent aussi bien que s'ils étaient allés à l'hôtel. Sur le plan personnel, cette solution est optimale, puisqu'elle permet à chacun des deux colocataires de faire venir sa famille à tour de rôle au Tessin, le temps d'un week-end. Jean-Claude Rennwald combinera sa fin de semaine récréative avec le boulot, puisque les meilleurs «recruteurs» de la FTMH, dont il est secrétaire central, se sont fait offrir un séjour au Tessin en remerciement de leur travail.

Les deux compères font déjà des envieux au parlement. Ils ne couperont pas à l'organisation d'une soirée-apéritif pour faire profiter leurs collègues et amis de leur privilège. Mais attention: ceux qui s'y rendront doivent savoir qu'ils mettent les pieds dans l'univers des «Jasager». Delémont – région d'où vient Jean-Claude Rennwald – et La Chaux-de-Fonds – fief de Didier Berberat – figurent parmi les rares endroits de Suisse à avoir dit «Oui à l'Europe!»