Bonne nouvelle pour ceux qui s'inquiètent du désamour du peuple suisse à l'égard de la politique fédérale: le public se presse parfois nombreux au Palais des Congrès de Lugano pour assister aux séances des Chambres. «Mardi, certains ont dû rester debout», relève un huissier du Conseil des Etats. Parmi eux, des universitaires, des classes de lycéens, mais aussi de simples citoyens tessinois, la plupart retraités endimanchés allant par deux: «C'est une occasion unique pour les habitants de la région de voir de près la politique de Berne et ils en sont tout à fait conscients», s'explique l'huissière tessinoise du Conseil national.

Un phénomène mérite toutefois d'être relevé: le public préfère assister aux séances de la Chambre des cantons qu'aux débats du National. Le phénomène peut sembler curieux. Une assemblée de 200 membres semble présager d'un spectacle plus animé que la réunion de 46 sénateurs. Ce penchant du public serait-il alors lié aux thèmes débattus?

L'explication fournie par un huissier est plus prosaïque. Aux Etats, les chaises destinées au public se trouvent sur une estrade placée au fonds de la salle, tenues symboliquement à distance de l'assemblée par quelques arbustes. A la Chambre du peuple, en revanche, les places réservées aux curieux du spectacle législatif sont situées au balcon. De là, la vue est, certes, imprenable sur la tribune d'où les parlementaires prennent la parole. Impossible par contre d'observer ce que font pendant ce temps les autres conseillers nationaux dont les sièges se trouvent sous les pieds des spectateurs.