Les élections communales jurassiennes n'exigeront un second tour, le 19 décembre, qu'à à Delémont, Porrentruy et Vicques. Les communales 2004 sont marquées par la stabilité: la composition partisane des exécutifs de Delémont et Porrentruy ne subit aucun changement.

A Delémont, avec six prétendants à la mairie pour succéder au conseiller aux Etats socialiste Pierre-Alain Gentil, qui s'en va après dix ans de règne, le ballottage était attendu. Le socialiste Gilles Froidevaux vire en tête, avec 1272 voix (35%), largement devant les trois candidats de l'opposition, emmenés par la démocrate-chrétienne Françoise Collarin (637 voix, 18%). S'ils s'associent comme ils en ont manifesté l'intention, radicaux, chrétiens-sociaux et démocrates-chrétiens ont les moyens de renverser l'hégémonie de gauche, Françoise Collarin et l'opposition (49%) étant au coude à coude avec Gilles Froidevaux et la gauche (48,6%).

A Porrentruy, la mairie devrait rester en mains démocrates-chrétiennes. Gérard Guenat est le mieux placé pour succéder à Hubert Theurillat qui se retire après deux mandats. Il obtient plus de 30% au premier tour, devant le surprenant socialiste François Laville (24,8%), le radical François Valley (24,3%) et le chrétien-social Thomas Schaffter (19,6%). Comme en 2000, l'électorat de Porrentruy émet des signaux contradictoires: il fait confiance au principal parti de la ville, le PDC, et prône le changement avec des appuis marqués au PS et au PCSI. Si, contrairement à 2000, PS et PCSI font cause commune au second tour derrière François Laville, le changement a sa chance à Porrentruy.

La chrétienne-sociale Françoise Cattin conserve la mairie de Bassecourt, troisième commune du canton. Avec 64%, elle devance nettement le PDC Eric Dobler. La campagne de dénigrement envers la magistrate s'est retournée contre ses auteurs. Surprise à Courroux (2800 habitants), bastion socialiste depuis deux décennies: le radical Yann Barth, promoteur du programme cantonal «Jura, Pays ouvert», s'empare de la mairie, au détriment du socialiste Patrice Kamber.

Mouvement inverse aux Breuleux, où les socialistes prennent le pouvoir, avec l'élection à la mairie d'Agnès Bouquard. Elle est l'une des quatre femmes élues ce dimanche, avec Nelly Aegerter à Rossemaison et la démocrate-chrétienne Germaine Monnerat à Courfaivre.

Résultats dans le Jura bernois

Dans le Jura bernois, la maire radicale sortante Raymonde Bourquin triomphe à La Neuveville: avec 75% des voix, elle écrase son adversaire socialiste, le député Pierre-Alain Berberat, exclu de l'exécutif. Continuité à Malleray avec l'élection de l'agrarien Antoine Bernasconi, l'un des pères de la tour de Moron, qui succède à l'UDC Jean-Michel Blanchard. A Courtelary, qui s'est fait imposer son budget 2004 par le canton, les électeurs ont renvoyé le maire radical Michel Walliser, offrant tous les pouvoirs au groupement des citoyens: Otto Borruat accède à la mairie et le mouvement décroche trois des six sièges à l'exécutif.