A Genève, la Cour des comptes encaisse un camouflet hautement vexatoire. Dans un arrêt daté du 1er septembre, la Chambre administrative de la Cour de justice estime en effet que cet organe de contrôle a commis un déni de justice à l’encontre de la commune rebelle du Grand-Saconnex, a appris Le Temps. Celle-ci mène en effet depuis un an un âpre combat dont elle vient de remporter une manche décisive.

Un rapport «partiel et partial»

«C’est un clair désaveu pour la Cour des comptes, triomphent Romain Jordan et Sarah Lopez, avocats de la commune. Les juges reconnaissent qu’elle a violé ses devoirs élémentaires d’autorité administrative en ne respectant pas la Constitution.» Au Grand-Saconnex, le conseiller administratif vert Laurent Jimaja, seul réélu aux dernières élections, se félicite de cette décision: «La Cour nous accusait d’être dans le déni et nous opposait un écran de fumée. Cette décision judiciaire est la preuve que la Cour des comptes ne peut se soustraire aux lois de la République. Sinon, qui pourrait l’arrêter?»