Interrogés à brûle-pourpoint sur le bâtiment moderne ou contemporain édifié en Suisse qui les inspire le plus, les architectes du bureau genevois Made in, François Charbonnet et Patrick Heiz, n’ont pas hésité une seconde. Ils ont cité le siège actuel du Bureau international du travail dessiné par les architectes Pier Luigi Nervi (Italie), Eugène Beaudouin (France) et Alberto Camenzind (Suisse) et réalisé entre 1965 et 1969. «Nous nous référons souvent à cet ouvrage, il fait intimement partie de la vie de notre bureau.»

Pourquoi compte-t-il autant pour ces professionnels en début de carrière? Pour le courage, la volonté et la capacité de décision dont il témoigne. Et parce qu’il illustre une qualité architecturale suisse remarquable placée au service d’un maître d’ouvrage exceptionnel, l’organisation onusienne.

Voici un bâtiment administratif, résultat d’un travail d’équipe hautement exigeant, qui s’affirme dans le paysage. Sculptural et bien articulé, il relève d’une réflexion structurelle qui colle à son identité. Ce grand volume massif s’assume comme monument à l’échelle de la ville. Il parle d’une époque ambitieuse, ouverte au rêve.