Genève

Siéger au conseil de la BCGE, un exercice contesté au PS

Le député socialiste Grégoire Carasso a touché l’an dernier 72 000 francs d’indemnités et d’actions pour siéger au conseil de la banque cantonale. La question du montant de la rétrocession au parti provoque des critiques

Est-il bien convenable qu’un socialiste touche 72 000 francs par an d’indemnités forfaitaires et d’actions pour siéger au conseil d’administration de la Banque cantonale genevoise (BCGE)? C’est l’interrogation que nourrissent certains élus du Parti socialiste (PS). L’interrogation a fait surface à la faveur d’une question écrite urgente déposée la semaine dernière par Patrick-Etienne Dimier, député MCG au Grand Conseil. Il s’attaque au salaire du directeur de l’établissement, augmenté de 10%, et réclame des informations sur les indemnités des députés qui y siègent. Il n’en fallait pas plus pour que les camarades s’interrogent sur l’un des leurs, Grégoire Carasso, député au Grand Conseil et au conseil d’administration de la banque.

Lire aussi: Sauvetage de la BCGE: «La perte de l’Etat sera compensée dans quelques années»