Familles

Des signatures pour une meilleure protection de la jeunesse

Face à des soupçons de dysfonctionnements au sein du Service vaudois de protection de la jeunesse (SPJ), un collectif lance une initiative populaire. Le texte demande entre autres que la loi sur la protection des mineurs soit entièrement révisée

«Un enfant de 10 ans déscolarisé depuis trois ans. D’autres de 14 ans, placés en «foyers à bas seuil», c’est-à-dire dans des chambres d’hôtel, livrés à eux-mêmes. Des affaires de contraintes sexuelles. Des familles sans nouvelles de leur enfant durant des mois, voire des années.» Ces exemples livrés en conférence de presse vendredi par le collectif vaudois pour une meilleure protection des jeunes témoignent, selon ses membres, d’un dysfonctionnement au sein du SPJ, le Service de protection de la jeunesse.

Lire aussi: Le Service vaudois de protection de la jeunesse et la justice ont failli à leur mission

«Après des mois de travail et de consultation de familles, notre collectif a pu constater l’ampleur des lacunes existant dans la prise en charge des mineurs», relate Sandra Pernet, conseillère communale lausannoise PDC qui s’était fait remarquer dans les affaires du deal de rue en 2018. «Les dégâts sont grands: des enquêtes sociales bâclées, des liens familiaux coupés, des parents mis à l’écart lors de décisions, de nombreux mineurs mis en danger. Les témoignages nous montrent que des dysfonctionnements existent dans tous les cantons. Nous sommes fiers d’être les premiers, dans le canton de Vaud, à proposer un réel changement.»

Créer un tribunal de la famille

Le collectif, constitué de personnes qui ont «toutes vécu un problème avec le SPJ», invite la population à signer son initiative populaire, lancée vendredi. La récolte des 12 000 signatures court jusqu’au 27 janvier. La démarche vise à réviser entièrement la loi sur la protection des mineurs et à l’adapter à la situation actuelle. Afin d’axer la prise en charge «sur le traitement de fond plutôt que sur la punition», et sur la protection des liens familiaux.

Elle demande, à l’image de ce qui se fait en Allemagne et au Canada, un tribunal de la famille. A noter que les cantons de Fribourg et du Jura ont chacun déjà tenté d’instaurer un tribunal pour les affaires familiales, sans succès. «Nous attendons d’un tribunal de la famille qu’il accélère la procédure judiciaire qui prend souvent des années. Nous exigeons que ses juges soient expressément formés au droit de la famille, ce qui n’est pas le cas actuellement et qu’une médiation familiale ordonnée soit rapidement instaurée en cas de conflit», présente Julien Dura, du collectif.

Autre point traité par l’initiative: la constitution d’une commission neutre pour recevoir et traiter les plaintes qui concernent la prise en charge des mineurs par les structures de l’Etat. Selon le collectif, il doit y avoir un moyen de contrebalancer le poids du canton, «tout-puissant dans les décisions des mineurs». «Nos enfants méritent mieux que les excuses de l’Etat», intervient Nicola di Giulio, présent comme victime de placement abusif. «Le canton paie des indemnisations aux victimes de placement abusif, mais cela continue sous ses yeux», dénonce-t-il. L’ancienne députée PLR Véronique Hurni dit avoir plusieurs fois alerté le gouvernement vaudois sur l’état du SPJ, et obtenu un audit. «C’est un service intouchable. Cette initiative va amener un gros coup de sac dans son fonctionnement interne», promet-elle.

Publicité