C’est peut-être la dernière journée des grandes annonces du Conseil fédéral dans le cadre de la crise sanitaire. Ce mercredi après-midi, le gouvernement a dévoilé ses nouvelles mesures pour la phase 3 du déconfinement, après le 27 avril (coiffeurs, certains services) et le 11 mai (écoles primaires, commerces, restaurants). La nouvelle date clé est le samedi 6 juin, mais un premier desserrement a lieu ce samedi.

Les décisions du jour en pratique

  • Dès ce samedi, 30 mai, les groupes de 30 personnes seront autorisés dans l'espace public.
  • Le 6 juin rouvriront les cinémas, théâtres, piscines, zoos, campings ou camps de vacances (jusqu'à 300 personnes).
  • Dans les cinémas et théâtres, le maintien des distances est requis, ils devront laisser des sièges libres si possible.
  • Les boîtes de nuit auront aussi l’autorisation de rouvrir, mais puisque la distanciation n'y sera pas possible, elles devront tenir une liste de présence.
  • Les entrainements sportifs pourront reprendre dès le 6 juin.
  • Les écoles du secondaire II (dont les gymnases ou lycées) ainsi que du supérieur (universités, HES, etc) pourront rouvrir le lundi 8 juin.
  • Les manifestations de 300 personnes au plus seront tolérées. Cela concerne aussi bien les matches que les concerts.
  • Le gouvernement insiste sur le fait que les distances demeurent essentielles. Il écrit: «Si les règles de distance ne peuvent pas être respectées, il faut garantir la possibilité de retracer les contacts personnels rapprochés en cas d’infection, par exemple en établissant des listes de présence.»
  • Les événements de plus de 300 personnes demeurent interdits, à cette heure, jusqu'au 31 août.
  • La prochaine réévaluation du Conseil fédéral aura lieu le 24 juin. Il pourrait alors desserrer à nouveau le corset pour les manifestations sportives et culturelles, entre 300 et 1000 personnes.
  • Dans les restaurants, la limite de quatre personnes par table sera levée. Mais dès qu'il y aura plus de quatre convives, il sera obligatoire de laisser les coordonnées de l'un d'entre eux.
  • La limite horaire des lieux publics reste à minuit.
  • Le gouvernement lève aussi sa demande de confinement des personnes considérées comme à risque, seniors ou victimes de certaines autres maladies.
  • La liberté de voyager dans l’Espace Schengen devrait être rétablie le 6 juillet «au plus tard».
  • Les fondamentaux ne changent pas: hygiène des mains, distance et télétravail si possible.

Le poids des plans de protection par branches

«Notre manière de procéder par étape a fait ses preuves. Nous savons comment encadrer ce virus, nous l'avons surmonté», a lancé la présidente Simonetta Sommaruga: «La question ne sera plus si nous allons à la piscine ou au cinéma, mais comment.»

A l'image des restaurateurs, par exemple, les milieux concernés devront s'organiser selon des «plans de protection» par branche.

Le traçage, défi majeur

Alain Berset (ministre de la Santé) insiste sur l'importance du traçage, «ce qui nous permettra de limiter ce virus». Il rappelle à plusieurs reprises la nécessité de pouvoir, en toutes circonstances, retrouver la trace de personnes qui auraient pu en contaminer d'autres.

Il défend ainsi la nouvelle obligation imposée aux restaurateurs en estimant «qu'elle permet de simplifier les choses, aujourd'hui ils ne savent pas s'ils doivent demander les coordonnées ou pas».

A la question de savoir si, dans le cas où des gens s'engageraient à installer l'application de traçage, les barèmes pourraient être relevés, le ministre de la Santé précise: «L'application ne remplace pas le suivi des contacts. Nous devons garder notre maîtrise et pouvoir remonter la chaîne de transmission.»

L'ouverture des frontières... et un air du 27 septembre, déjà

Les annonces concernent aussi les frontières. Dès le 8 juin, l’immigration UE/AELE sera à nouveau autorisée, et pour les entreprises qui cherchent des salariées, l’obligation d’annoncer sera rétablie.

Les frontières seront ouvertes avec l’Allemagne, l’Autriche et la France le 15 juin. S’agissant de l’Italie, c’est «prématuré», insistent les conseillers fédéraux. Karin Keller-Sutter, chargée de Justice et police, avait mal pris la décision de l'Italie d'ouvrir ses frontières le 3 juin.

Et donc, la liberté de voyager dans l’Espace Schengen devrait être rétablie le 6 juillet «au plus tard».

En faisant sa déclaration, Karin Keller-Sutter insiste sur le fait que «le Conseil fédéral tient à une immigration répondant aux besoins, et il ne veut pas d'une sous-enchère salariale». Elle rappelle l'importance des mesures d'accompagnement.

Rappelons que le peuple votera le 27 septembre sur l'initiative anti-libre circulation de l'UDC.

A propos de la question des frontières: Thomas Aeschi: «La libre circulation ne doit pas être rétablie»


Pourquoi le samedi 6 juin et pas le lundi 8?

Il y a deux mois, lorsqu'il balisait les étapes du semi-confinement et du desserrement, le Conseil fédéral avait parlé du lundi 8 juin, comme le lundi 11 mai auparavant. La date centrale est finalement le 6.

Alain Berset a expliqué: «Nos décisions de ce jour portent sur le tourisme et les loisirs. Ouvrir un lundi c’est un peu curieux. Il était logique de choisir un samedi. Là encore, nous nous adaptons.»


Cette fois, Daniel Koch s'en va

En fin de point de presse, Alain Berset a salué Daniel Koch, le délégué de l'Office fédéral de la santé publique pour le Covid-19. Il aurait dû partir à la retraite fin avril. Il est resté pour accompagner l'Office et le gouvernement dans la crise, et participer à toutes les conférences de presse.

Un souvenir: l'une des premières fois que le grand public a découvert le responsable de l'OFSP, lors d'une conférence de presse le 28 janvier 2020. On ne parlait pas encore de «Covid-19».

L'homme a déjà sa statue, par l'artiste uranais Peter Bissig.


Le visuel du jour: les réouvertures en dessins


Retrouvez nos principaux articles sur la crise de 2020

En vidéo, à propos de la situation des théâtres et cinémas: