Le grand jour est enfin arrivé. «Vive le train, vive le Tessin, vive la Suisse!» Sur ces mots, la présidente de la Confédération, Simonetta Sommaruga, a coupé le ruban rouge, après quoi le premier train de marchandises est entré dans le tunnel de base du Ceneri, inaugurant officiellement le dernier maillon complétant la Nouvelle ligne ferroviaire à travers les Alpes (NLFA). Le tout au son des cors des Alpes, du sifflet du train, des crépitements des appareils photos et des applaudissements d’une petite centaine de VIP masqués.

C’était le moment culminant de la cérémonie d’inauguration vendredi, à Camorino, entre Bellinzone et Locarno, devant le portail nord du nouveau tunnel de base qui achève la pièce maîtresse du corridor ferroviaire reliant les ports de Rotterdam et Gênes. Un événement historique qui ouvre une nouvelle ère pour la mobilité régionale, nationale et européenne.

Lire aussi: Le corridor du siècle

Les Alpes ne sont plus un obstacle

La matinée a commencé avec l’arrivée au chapiteau (sis sur l’ancien chantier) de Simonetta Sommaruga et du ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis dans un train Girono, qui dorénavant sera l’épine dorsale du trafic grandes lignes sur l’axe Gothard entre la Suisse alémanique et le Tessin/l’Italie. Simultanément, Norman Gobbi, président du Conseil d’Etat tessinois, et les directeurs des CFF et de AlpTransit Gotthard AG, Vincent Ducrot et Dieter Schwank, ont débarqué d’une rame Flirt du RER tessinois qui sera progressivement mis en service à partir du 13 décembre.

La mise en scène, sous un ciel bleu pétant, était accompagnée de morceaux traditionnels interprétés par des cors des Alpes du Tessin et de Suisse alémanique (le sud et le nord se rencontrent), et la jeune virtuose schaffhousoise Lisa Stoll. L’assemblée a ensuite eu droit à un bref court métrage sur AlpTransit et comment, «malgré leur beauté, les Alpes représentaient un obstacle pour le trafic».

Sommaruga aux couleurs tessinoises

Avant de passer au buffet, composé de spécialités gastronomiques locales (viandes séchées, fromages d’alpage, mini panettone, risotto aux myrtilles…), les autorités ont prononcé quelques mots. Simonetta Sommaruga, vêtue des couleurs tessinoises, un long veston bleu sur une robe rouge, a fait valoir qu’en plus de favoriser le passage des marchandises de la route au rail, le nouveau tunnel rapprochera le nord et le sud du Tessin.

Lire également: «Au sud, la Suisse ne s’arrête pas à Lugano»

Elle s’est rappelé comment, petite, elle passait ses vacances à Bellinzone, au nord du canton; dans le Sopraceneri. Alors que sa famille est originaire du Sottoceneri, du sud. Et combien passer d’un lieu à l’autre mettait «une éternité». «D’ici peu, ça prendra 15 minutes en train.»

Ignazio Cassis s’est réjoui du fait que, «malgré l’aspérité de notre territoire, avec cette œuvre futuriste, la Suisse fasse encore plus partie de l’Europe». Norman Gobbi s’est notamment félicité que les routes du canton soient moins congestionnées et l’air moins pollué. Vincent Ducrot a, quant à lui, parlé de l’«achèvement d’un rêve», avec des trains plus longs (750 mètres), en mesure de transporter plus de poids (2100 tonnes).

Lire encore: Tunnel de base du Ceneri: un changement de paradigme historique pour le Tessin

Enfin, Dieter Schwank a rappelé que deux ouvriers étaient décédés sur le chantier, en l’honneur desquels un mémorial a été inauguré près du portail nord du tunnel. Pendant ce temps, à deux pas de la fête, à l’insu des VIP, quelques dizaines de personnes manifestaient, réclamant «justice pour les travailleurs». Ils se plaignaient des mauvaises conditions auxquelles des sous-traitants d’AlpTransit les auraient contraints.