Genève. Plein régime en vue

A Genève, la vaccination a commencé mardi 10 novembre. Jusqu’ici le canton a reçu 86 500 doses et on y estime à 115 000 le nombre des personnes prioritaires. C’est dire que pour le moment seules ces dernières sont concernées. Les médecins ont connu et connaissent encore certains problèmes d’approvisionnement. C’est à eux qu’incombe le choix des personnes à vacciner (selon les recommandations de l’OFSP). Ils peuvent adresser ceux qu’ils ne vaccinent pas eux-mêmes, munis d’un bon, à l’un des centres de vaccination (Centre médical de Meyrin, Clinique de Carouge, Groupe médical d’Onex, Centre médical du Lignon, Service de médecine des voyageurs aux HUG). Si le canton reçoit comme il l’espère de nouvelles doses, il devrait être prochainement en mesure de passer à la vaccination générale. Mais faute d’assurance à ce sujet, Philippe Sudre, médecin cantonal délégué se borne à dire qu’il espère atteindre cette étape dans le courant de la semaine prochaine.

Fribourg. Tout le monde

Tout va bien dans le meilleur des mondes à Fribourg. Sur les fronts de la vaccination, aucun souci n’est à déplorer. La pénurie que d’autres craignent n’est pas d’actualité dans le canton depuis le début de la vaccination des personnes prioritaires la semaine dernière. «Nous avons ouvert cette semaine la vaccination à tout le monde», indique Thomas Plattner, médecin cantonal adjoint. «Et 53% des 49 500 doses que nous avons reçues de l’OFSP ont déjà été livrées aux cabinets des médecins.»

Pour l’instant, impossible de chiffrer le nombre de personnes vaccinées, car tous les vaccins que les praticiens ont reçus n’ont pas encore été inoculés. Le canton ne prévoit pas de demander davantage de doses à la Confédération, selon Thomas Plattner. Toutefois, pour permettre à tous de se faire vacciner, même les personnes qui n’ont pas de médecin de famille, trois centres de vaccination accueilleront les gens sur rendez-vous jeudi 26 novembre de 16 h à 20 h à Fribourg, Bulle et Guin (tél. 026 305 79 99).

Un Vaudois sur sept déjà vacciné

Un Vaudois sur sept aurait déjà reçu son vaccin contre la grippe A/H1N1. «C’est difficile à estimer, estime Josefine Trebeljahr, du Service vaudois de la santé publique. Mais d’après les chiffres des commandes faites par les médecins et les stocks encore à disposition dans les pharmacies à l’heure actuelle, nous pouvons tabler sur le fait que 100 000 personnes ont déjà été vaccinées. Nous avons commencé à recevoir les vaccins le 11 novembre, soit mercredi de la semaine dernière.» Si le chiffre de 100 000 personnes vaccinées peut paraître important, c’est qu’il comprend, outre les femmes enceintes et les enfants malades, une très grande partie du personnel soignant, notamment celui des hôpitaux, souligne la spécialiste. «A ce jour, une grande majorité des personnes du groupe prioritaire a reçu le vaccin!», se réjouit-elle.

Au total, le canton de Vaud a reçu 150 000 doses. Les personnes non prioritaires devront attendre le courant de la semaine prochaine et l’arrivée de nouvelles doses de vaccins pour en recevoir chez leur médecin généraliste. Mais pas de pénurie à l’horizon. «La situation est détendue, nous n’avons pas été confrontés à une situation de manque», certifie Anne-Sylvie Fontannaz, pharmacienne cantonale.

Neuchâtel. Accélération du processus

A Neuchâtel, la vaccination des personnes à risque a débuté, en douceur, le 12 novembre. Depuis le milieu de la semaine, le rythme s’est accéléré. Jeudi, plus de 1000 personnes ont reçu une dose immunisante faisant passer le total des personnes vaccinées au-dessus de 3500. Un nombre très faible au regard de la situation dans les autres cantons romands.

La vaccination des personnes non prioritaires débutera la semaine prochaine. Les cabinets médicaux ouvriront les feux de manière échelonnée. Le dispositif sera renforcé le 3 décembre avec le concours de la protection civile: les vaccins seront effectués dans des centres protégés situés à proximité des hôpitaux de Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Ils seront ouverts tous les jours, sauf le dimanche.

La médiatisation des premiers cas mortels a eu un effet immédiat. Jeudi, plus de la moitié des cas accueillis aux urgences avaient un lien, réel ou non, avec la grippe A. «Cela crée une surcharge de travail énorme», souligne Andrew Munday, directeur médical d’Hôpital neuchâtelois. Le nombre d’hospitalisations se compte sur «les doigts des deux mains».

Jura. Tout se passe bien

C’est l’avantage d’être un canton relativement petit, le processus de vaccination se déroule sans anicroche dans le Jura. Les premiers lots de vaccins ont été livrés la semaine dernière. «Le Jura ne rencontre pas de problème de stock», relève le médecin cantonal, Jean-Luc Baierlé. La vaccination du personnel hospitalier a débuté mardi, celle de la population à risque s’effectue cette semaine. Quelque 4000 Jurassiens sont ainsi vaccinés «et, parmi eux, toutes les personnes à risque qui se sont annoncées chez leur médecin», souligne le Service de la santé.

La distribution aux cabinets médicaux se fait par le biais des pharmacies. Le délai de trois jours entre la commande et la livraison est respecté. La vaccination de la population pourra se faire par le biais des médecins ces tout prochains jours. Le canton ouvre un centre de vaccination à Delémont, à partir du 1er décembre. Initialement, cette mesure était programmée à partir de janvier, elle est avancée d’un mois.

Valais. Le retard se comble

20 000 personnes ont été vaccinées en Valais depuis le 10 novembre. La Suisse ayant homologué ses vaccins avec trois à quatre semaines de retard sur ses voisins européens, «il était inévitable que la demande dépasse l’offre à un certain stade», précise le médecin cantonal Georges Dupuis, sensiblement dérangé par ce «perfectionnisme helvétique». Les premières doses ont donc été réservées au personnel soignant, puis distribuées aux pédiatres et gynécologues pour les femmes enceintes et les enfants à risque. On a également établi des priorités dans chaque groupe prioritaire – personnes souffrant de troubles de l’immunité, en chimiothérapie ou souffrant de maladies cardiaques ou pulmonaires – «de telle sorte que les personnes les plus à risques ont à peu près toutes été vaccinées à ce jour.» Dès la semaine prochaine, 40 000 nouvelles doses seront acheminées à travers le canton, ouvrant la vaccination aux personnes non prioritaires. Et dès le 1er décembre, des centres de vaccination seront déployés dans les six villes du canton pour soulager les cabinets médicaux.