Deux loups sont morts dans le canton des Grisons après avoir été percutés par des véhicules. Les accidents se sont produits la même nuit dans le district de la Surselva. Ce sont en tout six de ces canidés qui ont été tués de la même manière cette année dans le canton.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une jeune louve a été percutée par un train des Chemins de fer rhétiques (RhB) près de Brigels. Elle n’a pas survécu à ses blessures, a indiqué l’Office de la chasse et de la pêche du canton des Grisons. L’animal serait né en 2019 et appartiendrait à la meute de Valgronda, ont précisé les autorités grisonnes. Cette meute qui se tient principalement dans la région d’Ilanz, de Val Sumvitg et de Val Lumnezia, aurait eu sa première portée cette année.

La deuxième louve accidentée a été heurtée par une voiture entre Trin et Tamins. Le garde-faune a été immédiatement averti et s’est mis à la recherche de l’animal, dont seule une touffe de poils était restée sur place. Celui-ci appartiendrait à la meute de Calanda et serait né l’année passée.

Lire également: La Suisse abrite toujours plus de loups

Les deux bêtes ont été transférées au Centre pour la médecine des poissons et des animaux sauvages (FIWI) de l’université de Berne. Ce dernier a procédé à des recherches afin de les identifier plus précisément.

La neige pousse les canidés vers la plaine

En quête de nourriture, les loups s’aventurent davantage en plaine et à proximité des zones habitées ces jours-ci, indique l’Office de la chasse et de la pêche du canton des Grisons. La neige qui s’est accumulée sur les hauteurs occasionne ces déplacements.

Lire aussi: Dans les montagnes, le loup modifie les habitudes

Toute observation relative aux grands prédateurs doit être communiquée au garde-faune. Le dernier accident mortel impliquant un loup dans le canton des Grisons remonte à deux semaines. Il s’est produit sur la route près de Tamins et il était le quatrième comptabilisé en 2019.

Ce sont chaque année plusieurs centaines de spécimens d’animaux sauvages qui sont ainsi tués sur la route. En 2018, leur nombre s’élevait à 865 et à près de 900 l’année précédente, révèlent les statistiques de la police cantonale.