Ils avaient volé de l’or et les deux montres de luxe destinées aux lauréats du Ballon d’Or 2021 lors de braquages d’horlogeries dans les cantons du Jura et de Neuchâtel l’hiver dernier: six suspects arrêtés en France ont été mis en examen pour association de malfaiteurs, a-t-on appris mardi auprès de la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Nancy. Deux d’entre eux ont aussi été inculpés pour «tentative d’extorsion en bande organisée». Les six mis en cause, cinq hommes et une femme âgés de 23 à 51 ans, ont été placés en détention provisoire, a précisé la JIRS, en charge de la grande criminalité organisée.

Le 10 octobre, 14 personnes avaient été interpellées dans les départements de la Loire et du Rhône dans la vallée du Gier: les enquêteurs avaient saisi «plusieurs voitures, trois armes volées, une balise» et de la drogue lors des perquisitions, a ajouté la JIRS dans un communiqué. Les huit autres suspects ont été relâchés à l’issue de leur garde à vue et l’un d’eux a reçu une convocation devant la justice «pour la semaine prochaine», selon les magistrats.

Lire aussi: 14 suspects interpellés suite aux braquages d’horlogeries de luxe l’hiver dernier

60 kilos d’or

Deux braquages émaillés de prises d’otage des responsables de magasin ou de membres de leur famille sont au cœur des investigations, l’un remontant à novembre 2021 à Bassecourt dans le Jura et l’autre à début 2022 au Locle dans le canton de Neuchâtel. En novembre, les malfaiteurs étaient repartis avec 70 kilos de métaux précieux (dont 60 kilos d’or) dans des valises, ainsi que deux montres de luxe destinées aux lauréats du Ballon d’or 2021, a indiqué la JIRS.

L’alarme avait en revanche surpris les malfrats lors du second casse où ils avaient dû abandonner les 200 kilos d’or rassemblés et avaient échangé des tirs avec les policiers. Deux hommes, soupçonnés d’appartenir à la même organisation criminelle et qui pourraient être les organisateurs des braquages, avaient alors été interpellés dans le Doubs. Selon la JIRS, tous les suspects interpellés sont de nationalité française, certains déjà connus de la justice et possèdent des liens familiaux.

Lire aussi: Après la prise d’otage dans le Jura, ce qu’il faut savoir sur la gestion de l’or dans les entreprises horlogères