La perspective des élections cantonales genevoises de 2023 aiguise les appétits dans les rangs socialistes. Après la conseillère administrative d’Onex Carole-Anne Kast, qui s’était lancée la première en septembre dernier, voici la députée Caroline Marti qui entre en scène. Le parti désignera ses candidats le 21 mai prochain avec un enjeu: conserver ses deux sièges au Conseil d’Etat. Dans la tourmente à la suite du scandale du foyer de Mancy, la cheffe du Département de l’instruction publique, Anne Emery-Torracinta, qui a déjà effectué deux législatures, ne se représentera pas. S’il communiquera officiellement début mars, son collègue Thierry Apothéloz briguera très vraisemblablement un nouveau mandat avec un bilan plutôt mince.