Vaud

Les socialistes vaudois misent sur Cesla Amarelle

Au congrès socialiste de samedi, il n'aura fallu qu'un tour à la conseillère nationale Cesla Amarelle pour être élue candidate au Conseil d'Etat vaudois

Elle a combattu l'opposition et a vaincu. La conseillère nationale socialiste Cesla Amarelle sera sur le ticket rose-vert aux côtés de Pierre-Yves Maillard, de Nuria Gorrite et de l'écologiste Béatrice Métraux dans la course au Conseil d'Etat vaudois. «Je salue l'extrême fair-play de Fabienne Freymond Cantone et de Roxanne Meyer Keller», a déclaré la gagnante quelques minutes après son élection. «Je vais mettre toute mon intelligence pour être au niveau, dans cette aventure que nous allons gagner», a-t-elle annoncé en référence aux élections cantonales dont le premier tour se tiendra le 30 avril.  

Elue au premier tour

Un seul tour aura été nécessaire à l'Yverdonnoise pour être élue en interne. Sur 462 bulletins valables, 268 portaient son nom. 121 voix ont soutenu la Nyonnaise Fabienne Freymond Cantone et Roxanne Meyer Keller n'a obtenu que 73 d'entre elles. «Une légitimité indiscutable», tweete le conseiller national Jean-Christophe Schwaab. «Cela facilitera la suite de la campagne», admet l'un des proches de Cesla Amarelle. «Passer au premier tour, c'est garantir que le reste de la gauche se rangera derrière elle. La base du parti est extrêmement forte: elle n'aime pas qu'on lui dise que voter». 

Une très forte incertitude régnait pourtant en début d'après-midi. Dans le train régional bondé pour venir à Clarens, certains délégués ne savaient pas encore pour qui ils allaient voter. La surprise du jour est venue de la part de la conseillère nationale Ada Marra et du syndic de Lausanne Grégoire Junod qui ont apporté leur soutien à la candidate nyonnaise Fabienne Freymond Cantone. «La seule question que je me pose est la suivante: à qui aurai-je envie de confier le département de l’école? La réponse est évidente, à Fabienne Freymond Cantone. Fabienne, tu es une personne forte et humaine. Les compétences sans la confiance, ce n’est rien!», lance Ada Marra à la tribune.

Lire aussi:  Au PS vaudois, une élection sous influence

L'ancienne conseillère nationale socialiste Marlyse Dormond, dans son soutien à Cesla Amarelle a décrit «une personne généreuse, qui sait écouter et décider, avec qui il fait bon travailler». À quoi elle a ajouté qu'il ne fallait pas oublier de penser à la relève de ces prochaines années. En effet, Pierre-Yves Maillard, véritable locomotive du parti, a obtenu une dérogation pour se présenter à un quatrième mandat en 2017, qui sera assurément son dernier. 

Les deux «locomotives» réélus à l'unanimité

«Camarades, aujourd'hui, vous devrez faire un choix important: faire le choix d'une colisitière qui nous aidera à conserver la majorité de gauche au Conseil d'Etat», a rappelé Stéphane Montangero, le président du parti vaudois. «La candidate pourra compter sur les locomotives que sont Nuria et Pierre-Yves». Les deux conseillers d'Etat sortants Pierre-Yves Maillard et Nuria Gorrite ont d'ailleurs été réélus par les délégués à l'unanimité. Seule une dizaine de représentants de la Jeunesse socialiste se sont abstenus. L'élection des deux sortants s'est déroulée à main levée, et a été suivie par une acclamation. Anne-Catherine Lyon n'était pas présente au congrès.  

Publicité