De toutes nouvelles règles sur le financement des soins en prison suscitent la controverse et font réagir le monde médical. Le sujet est complexe et sensible, sachant que l’exécution des peines relève des cantons, que les pratiques sont fort disparates (allant de la gratuité au versement obligatoire d’une somme pour chaque consultation) et qu’une bonne partie des détenus ne sont pas domiciliés en Suisse et n’ont pas d’assurance maladie.