Energie

Solaire: les toitures romandes sont en retard

Le potentiel solaire des toits suisses reste très peu exploité, selon les conclusions d’une étude du WWF et de Swiss Energy Planning. Les communes romandes se retrouvent en queue du classement

Une étude sur l’année 2018 réalisée par le WWF et Swiss Energy Planning montre quel potentiel disponible sur les toits suisses est utilisé pour produire de l’énergie solaire. Elle se base sur une comparaison entre le potentiel des toits helvétiques calculé par l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) et la puissance des installations en place au 1er janvier 2018.

L’objectif? Montrer que la lutte contre le réchauffement climatique en matière d’énergie pourrait aussi prendre de la hauteur. Alors que les communes en tête du classement utilisent au mieux un quart de ce potentiel, la grande majorité stagne aux alentours des 3%.

La meilleure commune est vaudoise… mais c’est la seule

Onnens, dans le canton de Vaud, décroche le titre de la meilleure commune, avec 79% d’utilisation effective de son potentiel solaire. Mais c’est une exception, car dans les cantons romands, les toitures solaires sont éparses, à l’image du canton de Genève, dont les meilleures communes ne dépassent pas les 10%. Les cinq communes suisses qui suivent Onnens (de loin, avec environ 23%) sont toutes alémaniques.

Pour le WWF, cette évaluation sert de rappel: «L’énergie solaire pourrait devenir la carte maîtresse des communes suisses.» Selon l’association suisse des professionnels de l’énergie solaire (Swissolar), des toits et façades photovoltaïques pourraient fournir environ la moitié des besoins annuels du pays en électricité. Une solution aux émissions de CO2? Peut-être, car Swissolar a calculé que les installations photovoltaïques de l’année 2018 auront permis de réduire les émissions annuelles d’un équivalent de 720 000 tonnes.

Lire aussi: «La Suisse vue comme un panneau solaire géant»

Des raisons nombreuses à ces disparités

Pour Myriam Planzer, qui a coordonné l’étude pour le WWF, les disparités sont difficiles à expliquer. Quelquefois, cela tient aux «pionniers solaires», soit des personnes particulièrement actives et engagées pour une transition énergétique à l’échelle locale. La commune elle-même peut avoir un impact important sur les résultats, en équipant ses infrastructures publiques de panneaux solaires. Ces derniers s’installent très facilement sur les grandes toitures des parcs industriels. Les communes alpines, possédant moins de toitures industrielles sont moins aptes à accueillir des centrales photovoltaïques puissantes.

La transition énergétique passera ainsi par des constructions qui offrent une exposition et un espace favorables aux panneaux solaires. C’est en cela que les fournisseurs d’énergie jouent un rôle décisif en informant les propriétaires sur l’énergie solaire et en les accompagnant.

Si les Romands n'exploitent pas pleinement le trésor qui se trouve au-dessus de leurs têtes, Romande Energie voit tout de même des raisons de se réjouir. Le groupe, qui fournit de l’électricité à la grande majorité du territoire romand, a mis en service le 18 juillet sa 500e centrale photovoltaïque chez un particulier. Les 500 ménages équipés de ses panneaux solaires produisent 3 millions de kilowattheures d’électricité. Une aubaine pour «une énergie solaire qui a encore de beaux jours devant elle», proclame Romande Energie, pour qui, «à ce rythme, le cap des 1000 installations pourrait vite être dépassé».

Publicité