Les soldats de milice qui effectuent leur service militaire en un bloc pourraient tout à fait servir de renforts à la frontière, a indiqué dimanche à l'ATS Sebastian Hueber, porte-parole du Département de la défense (DDPS), confirmant une information publiée par la NZZ am Sonntag.

Il est prévu de créer des patrouilles mixtes de gardes-frontière et de soldats. La date de création de ces patrouilles et le nombre de soldats incorporés ne sont pas connus. L'envoi de soldats à la frontière réduirait aussi les coûts, les soldats de milice étant nettement moins chers que des policiers militaires professionnels ou des gardes-fortifications, a précisé le porte-parole.

Les soldats qui effectuent leur service en un bloc sont déjà engagés dans des missions subsidiaires comme la protection des ambassades ou pour assurer la sécurité pendant le WEF à Davos, a encore ajouté Sebastian Hueber.

Mini-armée de 500 hommes

Le DDPS propose aussi d'obliger les miliciens à effectuer des cours de répétition à l'étranger. Cette proposition figure dans un rapport intermédiaire au parlement dont des extraits ont été publiés le Tages-Anzeiger de samedi. Depuis le début de 2005, seuls les militaires professionnels doivent exécuter des engagements à l'étranger.

Le DDPS et la direction de l'armée envisagent de mettre sur pied d'ici à 2008 une mini-armée de 500 soldats pour des engagements à l'étranger en faveur de la promotion de la paix. Il faut donc trouver les cadres nécessaires, quitte à créer un système d'incitation pour arriver au contingent. Le rapport définitif du DDPS devrait être présenté par le Conseil fédéral au parlement à la fin de 2007.