C'est désormais officiel: Amag est le onzième et dernier «sponsor communication» d'Expo.01. La nouvelle était connue, mais n'avait pas été confirmée par les organisateurs de la manifestation (Le Temps du 28 juin). En tant que partenaire officiel, l'importateur automobile s'est engagé à verser 6 millions de francs à l'expo nationale. En contrepartie, Amag pourra utiliser le logo de la manifestation à des fins promotionnelles.

Mais ce n'est pas tout: les deux partenaires ont signé un contrat de coopération qui attribue au groupe la responsabilité de la gestion des parkings de l'expo, dans le cadre du système «parc & ride». Concrètement, Amag va aménager un vaste parking dans le canton d'Argovie, à Birr, destiné aux visiteurs venus de la région zurichoise. A partir de là, ils seront véhiculés par trains spéciaux jusqu'à Bienne, Neuchâtel et Yverdon. Afin d'inciter à utiliser les transports en commun, des bons de mobilité pour payer le train, le bus ou le parking seront vendus pour 20 francs avec chaque billet. Par ailleurs, Amag s'occupera aussi d'aménager les parkings officiels dans les quatre villes de l'expo. Coût total pour l'entreprise: «Notre philosophie nous empêche de divulguer ce genre de chiffres», affirme Dino Graf, porte-parole de la société. Du côté d'Expo.01, on parle de plusieurs dizaines de millions de francs.

«Engagement naturel»

Quel que soit son montant, cet investissement tient de la solidarité patriotique aux yeux de l'importateur: «Nous sommes une entreprise suisse, l'expo est un projet suisse, dit son porte-parole Dino Graf. Il nous semble naturel de nous y engager.» Et Amag ne voit aucun paradoxe dans le fait d'investir dans un projet qui utilise tous les moyens pour favoriser les transports publics: «La concurrence entre voiture et train, c'est terminé. Amag importe des pièces par le rail et, dernièrement, nous offrions un abonnement demi-tarif CFF aux clients qui achetaient une voiture. D'ailleurs, il est inimaginable que tous les visiteurs se rendent par des moyens de transport individuels à la manifestation.» En écho, le porte-parole d'Expo.01, Laurent Paoliello, ne craint pas de voir le message des organisateurs en faveur des transports en commun brouillé par le nom de l'importateur: «Les gens se rendront de toute façon rapidement compte qu'ils ont intérêt à prendre les trains et autres navettes pour arriver au cœur de la manifestation plutôt que de passer des heures dans des bouchons.»

Quoi qu'il en soit, les 6 millions de francs apportés par ce onzième partenaire communication portent à 73,5 millions les fonds à disposition de l'expo. Mais en juin déjà, le responsable du sponsoring, René Stammbach, affirmait que la manifestation ne serait pas tirée d'affaire pour autant. Le staff des partenaires officiels étant à présent au complet, c'est sous d'autres formes – notamment le financement total ou partiel d'une ou l'autre exposition ou l'offre de prestations – que de nouvelles entreprises permettront peut-être à Expo.01 de devenir viable.