Climat

Le sommet Smile for Future débouche sur une «Déclaration de Lausanne sur le climat»

Après cinq jours de travaux, les participants du sommet lausannois sur le climat, auquel Greta Thunberg a pris part, ont adopté une déclaration commune dans laquelle ils affirment leurs préoccupations et formulent leurs revendications

Le sommet Smile for Future a adopté une «Déclaration de Lausanne sur le climat» [en anglais] à l’issue de ses travaux. Les jeunes participants affirment leur unité et leur volonté de changer le monde. Des actions sont agendées fin septembre.

Réunis depuis lundi à l’Université de Lausanne (Unil), les quelque 400 militants pour le climat achèvent vendredi «une semaine intense». Lors d’une conférence de presse, ils ont affirmé que, malgré leurs différences (38 pays et 29 langues), ils partagent les mêmes préoccupations, buts et valeurs.

Lire aussi: La Gretamania s’invite à Lausanne

«La crise climatique ne connaît pas de frontière, et nous non plus. Ensemble, nous allons changer ce monde et le rendre meilleur. Pour nous et pour toutes les générations à venir», ont assuré les grévistes du climat dans leur Déclaration de Lausanne de 7 pages.

Lire également: La «plus grande grève du mouvement» se prépare

Trois demandes principales

Trois demandes essentielles se dégagent des travaux. Il faut assurer la justice climatique et l’équité, maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré par rapport aux niveaux préindustriels et écouter les meilleurs travaux scientifiques disponibles.

Sur l'estrade à l'Université de Lausanne, plusieurs militants ont pris la parole. Tous ont martelé avoir trouvé force et motivation durant cette semaine de discussions, d'ateliers et de partages. Au-delà des particularités de chacun.

Pour clôturer le Sommet Smile for Future, une manifestation va traverser la ville de Lausanne vendredi après-midi, de la gare jusqu’à Vidy. La militante suédoise Greta Thunberg doit participer au cortège.

Lire aussi: Au Sommet sur le climat à Lausanne, «une communauté est en train de se créer»

«Atteindre un consensus est toujours difficile […] mais je pense que c’est complètement humain», a témoigné une des participantes, Maria, 17 ans, venue de Grèce, lors d’une conférence de presse. A l’issue de cette semaine, «nous sommes plus forts et unis qu’avant», a-t-elle estimé.

Nouvelle grève globale en septembre

Ce document est «une déclaration non contraignante», précise le communiqué de presse, les jeunes présents lors de cette rencontre ne représentant pas leurs pays.

Le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), a encouragé ces jeunes, qui devaient manifester dans l’après-midi à Lausanne, à «continuer leur bon travail». Chaque rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) veut servir de «réveil». Mais un rapport, c'est facile de le ranger dans un tiroir. Avec la mobilisation des jeunes, ce n'est plus possible, s'est félicité le scientifique.

Même si la semaine à Lausanne et à Genève a été éprouvante, «c'est un bain de jouvence. Je me sens plein d'énergie», a lancé Jean-Pascal van Ypersele. Il a remercié vivement les participants au sommet, affirmant que cela lui donnait beaucoup d'espoir pour le futur.

Ce mouvement de jeunesse, comme celui de «Youth for climate», est né après l’initiative de la jeune Greta Thunberg d’entamer une grève de l’école hebdomadaire pour le climat.En mars, des centaines de milliers d’écoliers sont descendus dans la rue pour réclamer des actions plus fortes et plus rapides des gouvernements pour lutter contre le réchauffement climatique. Ils prévoient une nouvelle grève globale en septembre, alors que se tiendra un sommet de l’ONU sur le sujet à New York.

Manifs dans le monde

Pour se faire vraiment entendre des responsables politiques du monde entier, les militants ont annoncé la plus importante grève pour le climat de l'histoire. Les actions se dérouleront en lien avec le Sommet de l'ONU sur le climat à New York, entre le 20 et le 27 septembre.

En Suisse, elles auront lieu le vendredi 27 dans les villes. Un rassemblement général suivra le samedi 28 à Berne.

Pour clôturer le Sommet Smile For Future, une manifestation va traverser la ville de Lausanne vendredi après-midi, de la gare jusqu'à Vidy. La militante suédoise Greta Thunberg doit participer au cortège.

Publicité