Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une commission d’experts élaborera des scénarios pour l’avenir du Musée d’art et d’histoire de Genève.
© MARTIAL TREZZINI

Genève

Des sommités au secours du Musée d’art et d’histoire

Ministre municipal de la Culture, Sami Kanaan a nommé Jacques Hainard et Roger Mayou coprésidents d’une commission d’experts chargée de projeter ce vaisseau dans le futur

Jacques Hainard, Roger Mayou, les grognards de la République, reprennent du service. Le premier a la verve joueuse de ses réussites, au sein du Musée d’ethnographie de Neuchâtel jadis, au Musée d’ethnographie de Genève par la suite. Le second dirige en esthète attentif aux déchirures du monde le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. C’est à ce duo que Sami Kanaan, ministre municipal de la Culture à Genève, vient de faire appel pour ranimer le patient Musée d’art et d’histoire, secoué, le 28 février, par le non de la population au projet d’extension du bâtiment – le fameux projet Jean Nouvel – et à l’argent de la fondation Gandur pour l’art qui devait financer en partie l’agrandissement.

Ces deux grognards ont des batailles à leur actif. Ils ont du métier, de l’entregent, des relations. Ils seront chargés de présider une commission d’experts suisses et internationaux. Ses membres? Fanni Fetzer, directrice du Kunstmuseum de Lucerne, Martine Gosselink, conservatrice au Rijkmuseum d’Amsterdam, Hélène Lafont-Couturier qui dirige le Musée des Confluences à Lyon et Jean-Luc Martinez, patron tout-puissant du Louvre de Paris. Bref, c’est ce qu’on appelle le gratin. Leur mission? Auditionner toutes les parties intéressées dans un premier temps, dont celles qui s’étaient opposées au projet Nouvel. Puis élaborer, dans le courant du premier semestre 2017, avec le soutien d’autres experts, des scénarios. Cet aréopage devrait accoucher en 2018 d’un projet muséal.

«Notre objectif est de convaincre et de séduire, explique Sami Kanaan, sous les toits du Palais Eynard. Pendant toute la campagne, nous n’avons pas parlé de musée, mais d’architecture. Ce fut notre erreur. Aujourd’hui, nous voulons nous donner le temps de définir le projet muséographique, avant de plancher sur l’enveloppe et les murs. C’est la raison pour laquelle nous avons mandaté Roger Mayou et Jacques Hainard. Nous avons besoin de regards externes, nourris par ce qui se fait de mieux ailleurs.».

Autour de la table, des mines solennelles acquiescent: il y a là Rémy Pagani, ministre municipal des constructions et de l’aménagement, Roger Mayou, Jacques Hainard et Jean-Yves Marin, directeur du Mah. Présidente de la Société des Amis du Mah, Charlotte de Senarclens applaudit elle aussi ce dispositif: «Notre crainte après le 28 février était qu’il ne se passe plus rien. Or le chapitre qui s’ouvre aborde les questions essentielles du public et de son accueil, des collections et de leurs mises en valeur. C’est une bonne manière de repenser l’avenir.»

Et les vainqueurs du 28 février, qu’en disent-ils? Président de Patrimoine Suisse, le Vert Robert Cramer approuve: «La méthode me semble juste. Il faut d’abord définir les besoins, réfléchir à ce que l’on souhaite montrer, puis envisager, s’il le faut, de nouveaux espaces. Je suis heureux que le Conseil administratif ait fini par adopter la même ligne que nous.» Son prédécesseur à la tête de Patrimoine Suisse, l’architecte et urbaniste genevois Marcellin Barthassat se réjouit aussi de ce tournant.

«A la réserve près que le processus pourrait aller plus vite, commente celui qui est toujours membre du comité de Patrimoine Suisse. Le rapport scientifique pourrait être bouclé d’ici au début de 2017, pour qu’on puisse lancer un concours en 2018 et aboutir à une autorisation de construire en 2020. Nous avons de notre côté formé un groupe de travail présidé par l’architecte Daniel Rinaldi, qui planche depuis plusieurs semaines sur des scénarios. Nous remettrons nos contributions au Conseil administratif.» Une commission fantôme, dites-vous? «Non, assure Marcellin Barthassat. Nous voulons seulement contribuer à la réflexion et répondre à la demande de la population qui souhaite que les choses ne traînent pas.»

Mais que penser du casting de la commission Hainard-Mayou? Son équilibre et son brio en imposent a priori. «On regrette un peu de ne pas avoir été consulté sur sa composition, tempère Marcellin Barthassat. Il est surtout dommage qu’elle ne comprenne aucune personnalité locale qui connaisse bien le Mah, son patrimoine et ses nécessités.»

Toucher au vif du sujet plus vite eût été une option pragmatique. Mais Roger Mayou et Jacques Hainard patrouilleront large d’abord, aiguillés par une obsession: concevoir un musée pour demain, c’est-à-dire désirable au-delà des cercles de connaisseurs. «Tout est ouvert, assure Jacques Hainard, même la possibilité qu’on n’ait pas besoin de nouveaux espaces, mais seulement d’une restauration.» Le Mah restauré et/ou agrandi, voire dupliqué sur un autre site, devrait s’épanouir à l’horizon 2025, si, d’ici là, il n’y a pas de référendum.

Dans l’immédiat, le patient Mah devra subir des opérations urgentes. Les verrières ont des incontinences coupables: des infiltrations d’eau menacent les toiles. «Ces travaux coûteront de 700 000 francs à un million de francs», souligne Rémy Pagani. «Un musée d’art et d’histoire, c’est comme un dictionnaire, commente encore Jacques Hainard. Il est fait de lexèmes, l’essentiel, c’est comment on les rédige. Pour qu’ils fassent envie, il faut du style.» La force des grognards, c’est de réparer les lambeaux. Ennemis jurés jusqu’au 28 février, la Société des Amis du Mah et Patrimoine Suisse s’apprêtent à renouer le dialogue. Les corniches du palais flanchent, à ce qui se dit. Mais le Mah retrouve ses esprits. Son futur est à ce prix.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a