Au début de l’année, l’annonce avait fait grand bruit: six doyens du Conservatoire de musique de Lausanne abandonnaient leurs fonctions d’un bloc, avec le soutien du corps enseignant, en dénonçant «une gouvernance autoritaire». En avril, c’était le directeur John Cohen qui partait, après seulement deux ans. Ces démissions en rafale révélaient un malaise profond, sur fond de déficit budgétaire chronique.