Radio

Sottens, c’est fini

Après 80 ans d’activité, l’émetteur radiophonique qui a rendu célèbre le nom d’un petit village vaudois, sera désactivé le 5 décembre à minuit. L’évolution technologique et des raisons de santé publique sont à l’origine de cette décision

«Radio Sottens». Pendant des décennies, ce nom a incarné la culture radiophonique des Suisses romands. Le nom du petit village du Gros-de-Vaud figurait sur les postes de radio, entre Paris, Moscou ou Bratislava.

L’expression est associée en particulier à la période de la Seconde Guerre mondiale et à la voix de René Payot, qui lisait sur cette antenne les bulletins d’information d’une Agence télégraphique suisse (ATS) se voulant porte-parole d’un pays neutre au milieu du conflit international.

La libéralisation du paysage radiophonique et l’évolution technologique ont mis fin depuis longtemps déjà à la suprématie de Sottens, qui continue de desservir les auditeurs utilisant les ondes moyennes. La plus grande des trois antennes a été démolie en 1989 déjà, non sans que certains nostalgiques aient pu récupérer alors un morceau de leur Tour Eiffel.

L’émetteur sera complètement désactivé le 5 décembre à minuit. Il avait été mis en service le 23 avril 193, comme premier émetteur de grande puissance en Suisse. Beromünster et Monte Ceneri, ses équivalents alémanique et tessinois, ont connu le même sort en 2008.

La puissance de l’émetteur a dû être réduite pour respecter les normes de l’ordonnance fédérale contre les rayons non ionisants. Depuis lors, les installations de Sottens sont apparues comme surdimensionnées et trop coûteuses, d’autant plus que le mode de transmission en ondes moyennes est devenu obsolète.

Les quelque 87 500 auditeurs qui continuent d’écouter Option musique en ondes moyennes devront se tourner vers la radio numérique terrestre (DAB +). Cette technologie requiert un poste radio équipé, à des prix qui vont de 70 francs à quelques centaines de francs pour les appareils les plus sophistiqués, selon le service de presse de Radio Télévision Suisse.

Publicité