Défense

Soupçons de corruption: Airbus a du plomb dans l'aile

Alors que le processus d’acquisition de nouveaux chasseurs entre dans une phase critique, de nouvelles informations émergent sur de potentielles commissions occultes pratiquées par Airbus lors d’un processus similaire en Autriche. L’Office de l’armement ne s’en émeut pas

En lice pour fournir de nouveaux avions de combat à la Suisse, Airbus est à nouveau soupçonné de corruption en Autriche. Alors qu’il avait été blanchi d’accusations similaires l’année dernière, le constructeur retourne en eaux troubles: ce mardi, un lanceur d’alerte a révélé de nouveaux détails liant l’ancien gouvernement de la République avec la manufacture européenne des Eurofighter. De quoi interroger sur les agissements de l’entreprise en Suisse.

Ballet tourmenté à Vienne

Lundi prochain, le Conseil national donnera son avis en deuxième instance sur une enveloppe de 6 milliards destinés à acquérir de nouveaux avions de combat. Si elle est approuvée, il reviendra au peuple de donner son aval à la décision fin 2020. Il votera uniquement sur un budget, sans connaître le modèle du chasseur lauréat, ni son constructeur. Ceux-ci sont cependant connus: Rafale (Dassault), Super Hornet (Boeing), F-35A (Lockheed Martin) et Eurofighter (Airbus).