Le référendum contre le projet d'animalerie à l'Université de Lausanne a finalement abouti. Le 27 novembre prochain, les citoyens devront se prononcer sur la construction d'une nouvelle structure dans l'ancien bâtiment de pharmacie du site de Dorigny. Elle doit accueillir à terme 25 000 animaux, essentiellement des souris. Celles-ci seraient utilisées par les chercheurs en génétique, notamment pour étudier le diabète ou les maladies cardio-vasculaires.

Le projet avait été accepté à une courte majorité par le Grand Conseil en avril. Les référendaires, issus de divers partis, opposent au bâtiment des arguments éthiques, mais surtout financiers: pour eux, pas question de consacrer 18,6 millions, dont 11,5 millions de la caisse cantonale, pour édifier une quatrième animalerie dans la région après celles d'Epalinges, du CHUV et de l'EPFL.

L'Etat a dû recompter les signatures avant d'annoncer le résultat final. Dans un premier temps, la Chancellerie avait recensé 11 943 paraphes valables, sur les 12 000 nécessaires au succès. Quelques listes oubliées dans les communes et des dizaines de signatures illisibles validées à Lausanne ont permis d'atteindre 12 153 signatures.