Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le future forage profond sera proche de celui qui alimente déjà les Bains de Lavey en eau chaude.
© Keystone/Laurent Gillieron

Energie

Le sous-sol de Lavey produira de l’électricité

Un projet de pompage d’eau chaude pour alimenter les Bains de Lavey et environ 1000 ménages entre en phase concrète

La géothermie est censée devenir l’un des piliers énergétiques de remplacement du nucléaire. Dans une moindre mesure que le photovoltaïque, certes, mais pour une part non négligeable tout de même. L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) mise sur un potentiel électrique de 800 gigawattheures (GWh) d’ici à 2030 – le tiers de la centrale nucléaire de Mühleberg, qui cessera de produire à fin 2019 – et davantage par la suite. Pour cela, il faut cependant passer à la phase de réalisation. Or, depuis que des essais de forage profond ont provoqué des séismes à Bâle et à Saint-Gall, la prudence est de mise.

Un projet existe dans le canton du Jura. Adoubé par les autorités cantonales et communales, le projet d’exploration de la société Geo-Energie Suisse (GES) dans la commune de Haute-Sorne est toutefois contesté. Notamment à cause des risques sismiques. Si la réalisation se fait, l’installation pourrait alimenter 6000 ménages en électricité ainsi qu’un réseau de chauffage à distance. L’opération est cependant bloquée par des recours et par une initiative populaire cantonale visant à interdire la géothermie profonde sur sol jurassien.

Lire aussi: Dans le Jura, la géothermie espère creuser son trou

Un autre gisement d’eau chaude, situé dans la commune vaudoise de Lavey-Morcles, a pris de l’avance. Il est l’œuvre de la société Alpine Geothermal Power Production (AGEPP), a été devisé à 27 millions de francs et s’appuie sur un actionnariat mixte privé et public. Romande Energie Holding SA, EOS Holding, Holdigaz SA, SI-REN SA (Ville de Lausanne), CESLA SA ainsi que les communes de Lavey-Morcles, Saint-Maurice (VS), le canton de Vaud et la Confédération le soutiennent. Le projet sera mis à l’enquête publique en 2018, le forage devrait débuter en 2019 et la mise en service est planifiée pour 2020.

Pas de facturation de la roche

Quel est le risque de faire trembler le sol? Selon l’ingénieur Pascal Helfer, directeur de projet, la zone de Lavey est «sismiquement calme». Par ailleurs, AGEPP SA ne prévoit pas de fracturer la roche comme cela s’est fait à Bâle et à Saint-Gall ou comme c’est envisagé dans le Jura. A Lavey, il est prévu d’aller pomper l’eau chaude dans une roche déjà naturellement fissurée et à perméabilité élevée à une profondeur de 2300 à 3000 mètres, via un seul puits (singlet) et selon une technique dite hydrothermale. A titre de comparaison, GES prévoit d’élargir des fissures existantes à l’aide d’un procédé d’injection d’eau dit pétrothermal à une profondeur de 4000 ou 5000 mètres.

Différentes études ont été menées pour préparer le terrain. La conseillère d’Etat Jacqueline de Quattro a insisté lundi sur la prudence de la démarche. Selon elle, le fait de ne pas recourir à la fracturation rocheuse exclut les risques de séisme. L’eau devrait jaillir à la cadence de 40 litres par seconde et à la température de 110 degrés, et le site pourrait produire jusqu’à 4,2 GWh d’électricité – ce qui suffirait à couvrir les besoins de 700 à 1000 ménages – et 15,5 GWh d’énergie thermique et d’eaux géothermales pour les Bains de Lavey. Le puits pourrait aussi alimenter un réseau de chauffage à distance, une pisciculture ou des serres.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a