Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Ignazio Cassis (à gauche, avec Albert Riesti, le président de l'UDC) aurait rencontré l'UDC pour évoquer son projet de bilatérales III
© Keystone/Walter Bieri

Revue de presse

Soutien du Conseil fédéral au projet d'accord-cadre avec l'UE 

Ignazio Cassis, soutenu par Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann, obtiendrait mercredi le feu vert du Conseil fédéral pour son projet de bilatérales III, selon la presse dominicale. Swisscom devrait par ailleurs offrir des dédommagements suite aux récentes pannes

Le ministre suisse des affaires étrangères, Ignazio Cassis, a de grandes chances d'obtenir le feu vert du Conseil fédéral mercredi pour un nouveau départ («reset») dans les négociations sur l'accord-cadre avec l'Union européenne (UE), selon la SonntagsZeitung. Le journal rapporte que le groupe UE du Conseil fédéral, composé de M. Cassis, de la ministre de la justice Simonetta Sommaruga et de son collègue de l'économie Johann Schneider-Ammann, soutient la stratégie du PLR tessinois. Selon des médias, M. Cassis veut intégrer l'accord institutionnel dans un paquet, une sorte d'accords bilatéraux III, afin d'y ajouter divers nouveaux accords, indique l'ATS.

Pour obtenir l'appui de l'UDC, qui rejette tout accord-cadre, M. Cassis aurait organisé une «rencontre secrète» avec la direction du parti au département des affaires étrangères, croit savoir le SonntagsBlick.

Swisscom va dédommager les PME

Swisscom va dédommager les petites et moyennes entreprises (PME) qui ont été affectées par les pannes de janvier, rapporte Le Matin Dimanche. Deux lundis de suite, des milliers d'entreprises ne pouvaient plus téléphoner ou être jointes par leurs clients. Des erreurs dans le logiciel d'un fournisseur sont en cause. «Qu'elles aient été lésées ou non», les PME bénéficieront d'un à deux mois en moyenne d'abonnement gratuit, précise Christian Neuhaus le porte-parole de Swisscom. La somme du dédommagement ne sera pas la même pour toutes les entreprises, car tous les contrats sont très différents, souligne-t-il encore. «Mais en moyenne, cela représente quelques centaines de francs par mois», ajoute M. Neuhaus.

L'urgence d'une réforme fiscale

Ueli Maurer estime dans la NZZ am Sonntag et la SonntagsZeitung que la réforme fiscale des entreprises est tellement urgente que tout retard causé par un autre référendum serait dommageable pour la Suisse. Le ministre des finances prévoit de soumettre son projet en octobre aux chambres fédérales pendant la session d'automne. Selon lui, un référendum enverrait le signal que la Suisse n'est pas fiable et n'offre pas un bon environnement. «On ne scierait pas seulement la branche sur laquelle on est assis, mais tout l'arbre», image-t-il. Il faut agir vite, car la concurrence internationale est devenue très dure, ajoute M. Maurer. Il remarque encore que pratiquement aucun compromis n'a été trouvé dans la nouvelle mouture, après le rejet du premier projet en février 2017. La gauche veut plus d'allocations pour les enfants, la droite moins d'impôt sur les dividendes et les cantons ont aussi leurs voeux particuliers, se désole-t-il.

Les prochains référendums

Les Suisses devraient être appelés à se prononcer sur deux référendums à propos de l'achat pour plus de 8 milliards de francs de nouveaux armements pour la défense aérienne dans les années 2020, affirment Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Le premier scrutin devrait porter sur le principe et le deuxième, quelques années plus tard, sur un projet d'achat concret. Le département de la défense doit présenter d'ici février des modèles d'achat. Une fois la décision prise, un projet, qui ne comprendrait pas le type d'avion, mais les coûts et le principe d'achat, devrait probablement être soumis au référendum facultatif, selon la presse dominicale. Le ministre de la défense, Guy Parmelin, précise toutefois dans Le Matin Dimanche que, selon les règles en vigueur, les achats de matériel de guerre ne doivent pas être soumis au peuple. «La votation sur le Gripen était une exception, pas la règle». Mais si le Conseil fédéral décide de faire voter le peuple, «nous ne craignons pas une votation», ajoute-t-il.

Prix des timbres inchangés

 

La Poste ne prévoit pas d'augmenter le prix des timbres A et B en 2018 et 2019, déclare le président du conseil d'administration du géant jaune, Urs Schwaller, dans la SonntagsZeitung. Pour la suite, précise ce dernier, la question doit être réexaminée. «Il ne doit y avoir aucun tabou». La Poste devrait encaisser entre 30 et 40 millions de francs supplémentaires en cas de hausse. M. Schwaller estime en outre qu'il est aussi possible que les fermetures d'agences se poursuivront après 2020, si la forte baisse de leur fréquentation continue. Le nombre de 800 à 900 offices, que La Poste entend exploiter elle-même, n'est pas gravé dans le marbre, mais il n'existe actuellement aucun plan. Le géant jaune perd près de 200 millions de francs avec ses offices postaux. La Poste peut se permettre une perte, mais elle doit être plus proche de 100 millions que de 200 millions, conclut M Schwaller.

Réadmissions de requérants d'asile

Les pays de l'UE n'ont jamais fait autant de demandes de réadmissions de requérants d'asile à la Suisse depuis l'entrée en vigueur de l'accord de Dublin que l'an passé, indique la NZZ am Sonntag. Le Secrétariat d'Etat aux migrations a reçu pas moins de 6113 requêtes, la plupart venant d'Allemagne (2932) et de France (1429). Le nombre de demandes était de 4115 en 2016 et de 3072 en 2015. La raison de cette hausse est dû au fait que de plus en plus de pays européens appliquent systématiquement les règles de l'accord de Dublin à cause des pressions croissantes en matière de politique intérieure. Sur les 6113 demandes, la Suisse en a approuvé 2485 l'an passé. L'accord de Dublin prévoit que l'Etat dans lequel le requérant d'asile a déposé sa demande pour la première fois en est responsable.

La Confédération a mis sur pied un groupe de travail pour lutter contre la hausse des décès dus à la maladie pulmonaire en Suisse. Quelque 500 personnes ont été infectées en 2017, soit 35% de plus que l'année précédente, rapporte le SonntagsBlick, citant des chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). La contamination se fait par l'inhalation de gouttelettes d'eau contenant des bactéries légionelloses, provenant de douches, spas ou humidificateurs. Celles-ci peuvent provoquer de graves inflammations des poumons ou des côtes. Dans 10% des cas, l'infection est mortelle. Daniel Koch, chef du département des maladies transmissibles de l'OFSP, se dit inquiet par cette augmentation de cas, qui ne représentent pourtant que la pointe de l'iceberg. 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a