En cette soirée de février, Sami Kanaan n’est pas venu les mains vides. Devant les associations sportives subventionnées par la ville de Genève, le conseiller administratif socialiste a déroulé la planification des prochains investissements de son département: rénovation du Centre sportif de la Queue-d’Arve, nouvelle piscine aux Eaux-Vives, construction d’une salle de 3500 places et d’une Maison du sport au Bois-des-Frères, rénovation totale du Bout-du-Monde. Ces dépenses sont évaluées à 300 millions de francs et courront jusqu’en 2030. Un vrai lifting pour le paysage sportif genevois.

«Genève est enfin reconnue comme une ville de sport, non plus uniquement comme un centre de la finance», lance devant l’assemblée Sami Kanaan, qui admet «qu’il faudra augmenter les subventions et les moyens du Service des sports» dans les années à venir. «On sent que les élections sont là. Ces rattrapages étaient plus que nécessaires», répond Christo Ivanov. La première fois que le candidat UDC à la mairie a vu jouer le Servette FC, Peter Pazmandy en était un des joueurs, se souvient-il. C’était en 1964, l’année de l’inauguration du Bout-du-Monde, présenté alors comme un complexe de bâtiments provisoires. Depuis, la politique sportive de la ville de Genève «a manqué d’audace et d’enthousiasme», dit celui qui se présente comme «un enfant d’Adolf Ogi».