tourisme

Des stars montantes de l’architecture construisent des cabanes dans le Jura

Saignelégier et l’Office jurassien du tourisme ont hébergé durant cinq jours des stars montantes de l’architecture mondiale, dans un atelier grandeur nature destiné à imaginer un hébergement original au camping de Saignelégier

Les cabanes design du camping de Saignelégier

Jura Treize architectes primés par le magazine «Wallpaper» ont dessiné sept hébergements forestiers originaux

Il a fallu un heureux concours de circonstances, du culot et de la créativité. Une douzaine des vingt stars montantes de l’architecture mondiale primées en 2014 par le magazine de design de référence Wallpaper , ont participé à un atelier improbable destiné à dessiner des cabanes pour le camping de Saignelégier. Détonant.

«On vous offre des vacances dans le Jura, vous nous offrez des projets», lance l’audacieux directeur de Jura Tourisme, Guillaume Lachat. La formule a fait mouche auprès d’architectes venus des Etats-Unis, de Pologne, de Grèce, d’Irlande, d’Allemagne, du Portugal, de France et de Suisse.

Architectural Farm (IR), Anonymous (USA), Loïc Picquet Atelier (F), BXBstudio Boguslaw Barnas (PL)

Au départ, il y a deux envies, à mille lieues l’une de l’autre. Les tenanciers du camping de Saignelégier, Virginie et Jonas Kilcher, après avoir fait construire une cabane dans les arbres, puis une yourte, rêvent de proposer d’autres infrastructures originales à une clientèle familiale, en quête de nature et d’authenticité. Leur camping pouvant accueillir jusqu’à 300 personnes qui s’installent et font leur feu où elles veulent, souffre des vicissitudes de la météo, parfois rude à 1000 mètres d’altitude. Mais ils ont la foi, prônent un camping sans électricité, sont fiers d’avoir figuré en 2013 parmi les dix campings les plus romantiques de Suisse, selon le classement de la NZZ .

L’autre envie provient de la volée 2014 des architectes primés par Wallpaper , qui s’étaient promis de se retrouver pour réaliser une œuvre collective.

dB architectes (CH)

Restait à faire le lien. L’un des architectes primés est de Saignelégier, Sylvain Dubail, et il connaît Guillaume Lachat. C’est ainsi qu’est née l’idée en apparence saugrenue de demander à de jeunes architectes férus de modernité de venir durant cinq jours en conclave dans le Jura et d’en repartir en ayant pondu sept projets originaux, pour sept cabanes susceptibles d’être réalisées dans la friche forestière du camping.

Communion collective

Guillaume Lachat a trouvé les 40 000 francs nécessaires à couvrir les frais des vacances studieuses des architectes. Il pourra aussi enclencher les démarches administratives pour matérialiser les projets. Il a ainsi obtenu de l’argent de la nouvelle politique régionale, preuve que le concept séduit jusqu’aux administrations.

Arrivés jeudi, les architectes ont commencé par une balade à vélo dans le camping et ses recoins forestiers. Ils ont ensuite jeté leur dévolu sur un espace où personne ne pose sa tente ni sa caravane. S’ils pouvaient laisser libre cours à leur imagination, ils avaient tout de même un cadre: que leur projet soit réalisable, et donc pas trop farfelu, et qu’il en coûte environ 60 000 francs pour construire la cabane. Ils ont cogité, élaboré des concepts, les ont soumis à des experts invités, ont parfois mutualisé leurs réflexions. «Ce fut une belle communion collective», relève Sylvain Dubail.

Architectural Farm (IR), Anonymous (USA), Loïc Picquet Atelier (F), BXBstudio Boguslaw Barnas (PL)

Le défi a été relevé. En quittant Saignelégier lundi soir, les architectes laissent les projets de sept cabanes très différentes les unes des autres, certaines surélevées, d’autres sur pilotis, d’autres encore enracinées dans le sol. Les unes s’inspirent d’un tas de rondins, d’autres font penser à un gros scarabée, d’autres encore s’ouvrent vers le ciel, avec un immense hamac. Le bois est la matière privilégiée, mais pas seulement. Beaucoup de corde aussi et parfois une armature métallique. La diversité ne risque-t-elle pas de générer de l’incohérence? «Il y a des fils conducteurs entre les projets, rétorque Sylvain Dubail. C’est comme une exposition d’art dans un parc, contrastée mais en écho au site.»

Des vacances inédites

L’éditrice de Wallpaper, Ellie Stathaki, présente à Saignelégier, juge le résultat «incroyable, d’une grande variété». Elle promet qu’elle viendra en vacances une fois les cabanes réalisées.

Très fier du pari tenu, Guillaume Lachat vend par avance des vacances inédites au camping de Saignelégier, offrant une expérience émotionnelle unique, dans un site proposant une histoire formidable.

Et de croire dur comme fer qu’une fois finalisés, les sept projets prendront forme. La commune de Saignelégier a déjà entamé les procédures pour adapter le plan spécial du camping, un business plan a été établi. Le financement sera public et privé, la rentabilité de l’investissement d’un peu plus d’un demi-million de francs étant «garantie», selon Guillaume Lachat.

Saignelégier compte inaugurer son singulier village forestier de cabanes design au printemps 2017.

Publicité