Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Elisa Strecke, ancienne directrice de l’Office du Tourisme des Diablerets.
© Sedrik Nemeth

Tourisme

La station des Diablerets licencie sa directrice

Elisa Strecke, qui devait orienter la station vaudoise vers le développement durable, perd sa place pour des raisons financières. Elle n’aura tenu que quatre mois

L’Office du tourisme des Diablerets n’a plus de directrice. Elisa Strecke, 34 ans, a été licenciée pour des raisons économiques, a appris «Le Temps». La station se prépare à vivre «une année de transition en attendant de pouvoir repourvoir le poste», confirme Eric Liechti, conseiller municipal en charge du tourisme et membre du comité directeur de l’Office du tourisme de la station vaudoise.

L’arrivée d’Elisa Strecke, qui n’aura tenu que quatre mois à son poste, avait pourtant été saluée comme un événement par la presse au début de la saison 2016-2017. Allemande d’origine, formée en économie à l’Université d’Innsbruck (A) et ancienne responsable du département environnemental de Kuoni, cette femme de 34 ans incarnait la volonté de la station de sortir de ses difficultés en s’orientant vers l’écologie. Que s’est-il donc passé?

Les compétences d’Elisa Strecke ne sont nullement remises en cause, assure Eric Liechti, qui précise en substance que la directrice a pris ses fonctions à cœur et développé une vision managériale axée sur le développement durable correspondant entièrement aux attentes. Mais il se trouve que la station n’a pas les moyens de la payer.

Situation financière difficile

Selon Eric Liechti, l’Office du tourisme des Diablerets, qui occupe six personnes, traverse une situation financière très difficile ne permettant plus d’assurer un salaire de cadre. Une situation dont la gravité est apparue récemment et dont la Municipalité n’aurait pas eu connaissance lors de l’engagement d’Elisa Strecke.

Cette dernière, dont l'engagement avait été confirmé à l'issue de la période d'essai mais qui a été licenciée au bout du 4ème mois, dit avoir découvert la réalité financière de son office à son premier jour de travail. C'est également le jour de son arrivée qu'elle a appris que le président de son office venait de démissionner. 

«Choquée et très triste» 

Elisa Strecke se dit «choquée, très triste et très déçue» face à sa situation. Elle relève qu'elle avait renoncé à son emploi de consultante, ainsi qu'aux cours de tourisme durable qu'elle donnait dans plusieurs universités, afin de «relever le défi des Diablerets et consacrer toute mon énergie à mettre en place un projet innovant pour la station.» L'éphémère directrice ne souhaite pas polémiquer, ni nommer des responsables à sa situation, pour limiter autant que possible l'impact négatif de cette expérience sur son parcours.

Eric Liechti, le conseiller municipal des Ormonts-Dessus, explique la crise par l’imprévoyance dans les engagements financiers et la complexité des processus de surveillance. L'élu des Diablerets exclut tout acte malhonnête de la part des anciens responsables. Le budget de l’Office du tourisme est financé à 80% par sa commune et à 20% par des privés, «dont les soutiens, après les trois derniers mauvais hivers que nous avons connus, sont de plus en plus difficiles à gagner.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a