La perception d'une taxe incitative pour les places de stationnement dans les communes: tel est le principal élément de la nouvelle loi cantonale sur la circulation routière (LCCR), mise en consultation mardi par le Conseil d'Etat bernois. La nouvelle LCCR remplacera la réglementation actuelle, datant de 1973. Le texte indique que les communes qui le souhaiteront pourront percevoir des taxes dépassant la simple taxe d'utilisation pour les places de stationnement situées sur la voie publique. «On pourrait imaginer, par exemple, que la première heure coûte 1 franc, la deuxième 2 francs, la troisième 3 francs. Mais ce n'est qu'un exemple: la loi est une base légale, c'est ensuite aux communes de décider si elles veulent mettre en place ce système ou non et d'établir leur propre règlement communal en ce sens», souligne Hansulrich Kuhn, chef de l'Office de la circulation routière et de la navigation, de la direction de la police et des affaires militaires.

La taxe pourrait notamment être utilisée dans des communes touristiques, afin, selon l'Office, de «concilier les intérêts du tourisme et ceux de la protection de la nature». «Nous avons eu de nombreuses demandes de communes dans ce sens, notamment celles qui n'ont pas assez de places de parc», explique Hansulrich Kuhn.

Numéros de plaques à vendre

Par ailleurs, la nouvelle loi crée également les bases nécessaires pour la commercialisation de numéros d'immatriculation particuliers: les personnes souhaitant obtenir une plaque particulière devront payer. Jusqu'à présent, les plaques de contrôle portant les numéros BE 1 à BE 999 étaient attribuées d'office, gratuitement, aux taxis et aux véhicules hospitaliers. Ces plaques seront retirées de la circulation au plus tard un an après l'entrée en vigueur de la LCCR et remplacées gratuitement par des plaques portant des numéros de la série en cours. Les numéros les plus bas seront vendus aux enchères. «Ces numéros sont très convoités: à Zurich, une plaque a ainsi été vendue pour 100 000 francs, sourit Hansulrich Kuhn. Berne n'est évidemment pas Zurich, mais nous sommes convaincus de l'intérêt des gens et tablons sur un montant à six chiffres.»

Enfin, la nouvelle loi entend réduire l'impôt sur les véhicules routiers pour les remorques ayant un poids supérieur à 3,5 tonnes. Le but: inciter les entreprises à payer l'impôt sur les véhicules à moteur dans le canton de Berne. La consultation relative à la nouvelle LCCR prendra fin le 24 juin prochain.