«Pour être très clair, cela signifie la fermeture des domaines skiables». Limpide, le message d'Alain Berset, vendredi, n'a pas été complètement entendu. Samedi, en Valais et dans les Grisons, les domaines sont restés fermés. Or, ailleurs, de nombreuses stations accueillaient quand même des skieurs.

«C'est illégal», a réagi Alain Berset, interrogé dans l'émission Rundschau de la SRF samedi matin. Le ministre en charge du département de l'intérieur leur a demandé de fermer «immédiatement». D'après le Blick, c'est le cas notamment dans le canton de Berne où le chemin de fer de la Jungfrau opère normalement, tout comme plusieurs remontées mécaniques de Grindelwald, la Lenk et Adelboden, exploité par la même société. Ces derniers ont compris le message à moitié: les installations seront fermées dès le 15 mars (dimanche), annonce le site

Limite dans les restaurants

Idem en Suisse centrale, où les remontées du Pilate, la ligne Engelberg-Titlis ou encore Hoch-Ybrig étaient ouvertes samedi matin. La dernière annonce néanmoins sur son site limiter les regroupements à moins de 50 personnes. Idem pour le restaurant du Pilate, qui dit limiter les entrées. Le ski n'est pas un événement et la règle de la distance minimum est respectée sur les pistes, selon le président du domaine Engelberg-Titlis, Hans Wicki, cité par le Tages-Anzeiger. Celui qui est également conseiller aux Etats PLR estime donc que la station peut rester ouverte normalement jusqu'à Pâques. De quoi faire sortir de leurs gonds les opérateurs valaisans et grisons, qui ont appliqué l'interdiction également demandée par les autorités locales. 

Lire aussi: Virus: le Conseil fédéral frappe fort

Pour endiguer la propagation du coronavirus, le Conseil fédéral a décidé d'interdire toutes les manifestations regroupant plus de 100 personnes. Les centres de loisirs et sportifs sont concernés, tandis que les restaurants ou bars doivent limiter leur accès à 50 personnes. Au dernier décompte, samedi matin, la Suisse enregistrait plus de 1300 cas et 13 décès liés au coronavirus. 

Fermeture «immédiate»

Dans un communiqué publié samedi en début d'après midi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a enfoncé le clou: «Les mesures mises en place par le Conseil fédéral sont claires : elles valent à partir du 13 mars 2020 pour les stations de ski également.» L’OFSP demande «à celles qui sont encore ouvertes de fermer immédiatement». Le canton de Berne a ensuite réagi: toutes les stations fermeront samedi soir. «Au nom du Conseil-exécutif, le conseiller d’État Christoph Ammann déplore que l’ouverture des domaines skiables en Suisse ce samedi ne soit pas réglementée de manière uniforme et les irritations que cela a provoqué», déclare le gouvernement dans un communiqué. «Le Conseil-exécutif avait interprétées [les consignes] comme autorisant l’ouverture des domaines skiables moyennant le respect des recommandations de l’OFSP», ajoute-t-il encore.

Que risquent les responsables récalcitrants des domaines skiables? L'OFSP ne dit rien dans son communiqué. Mais la loi sur les épidémies prévoit des amendes allant jusqu'à 5000 francs pour qui ne respecterait pas - même par négligence - des mesures de protection de la population.