On a beaucoup vu Olivier Français à vélo durant sa campagne, vanter son argumentaire via les réseaux et à la force du jarret. Le sénateur vaudois ne faisait pas semblant: son engagement politique en a fait un défenseur des transports publics et de la mobilité douce, doublé d’un ami sincère de la nature. Il s’est présenté en authentique écologiste de droite.

Lire aussi: Olivier Français: «Je n’ai jamais été aussi libre qu’aujourd’hui»