Politique

Pour succéder à Didier Burkhalter, Jürg Grossen préférerait une femme

Le candidat en lice à la présidence des Vert’libéraux juge qu’il serait préférable d’avoir quatre femmes au gouvernement fédéral. Une représentation féminine également suggérée par le président du PS, Christian Levrat

Jürg Grossen, seul candidat en lice à la présidence des Vert’libéraux (PVL), préfère une femme à un Tessinois pour succéder à Didier Burkhalter au Conseil fédéral. Selon lui, de meilleurs résultats seraient obtenus avec une bonne représentation féminine à l’exécutif.

Il est important pour la Suisse que le Conseil fédéral compte à nouveau trois femmes dans ses rangs, déclare Jürg Grossen dans un entretien diffusé mardi par le Blick. Des femmes ont mené une politique avec des effets très durables et tout aussi bons que celle d’hommes, explique-t-il. Deux femmes au gouvernement fédéral, c’est trop peu, précise le conseiller national bernois, ajoutant qu’il en voudrait quatre. D’après son expérience, une bonne représentation féminine amène de meilleurs résultats au travail et dans les partis.

Lire aussi: Jürg Grossen, le milieu de terrain des Vert’libéraux

Le Tessin, poursuit-il, est certes une minorité importante, qui a droit de temps en temps à un représentant au Conseil fédéral, mais d’autres parties de la Suisse n’ont plus de conseiller fédéral depuis longtemps et certains cantons n’en ont jamais eu.

Jürg Grossen a été choisi par le comité directeur du PVL comme candidat pour remplacer le président démissionnaire Martin Bäumle. L’assemblée des délégués tranchera le 26 août.

Ignazio Cassis comme favori

Didier Burkhalter va se retirer en automne après huit passés au Conseil fédéral. Les sections cantonales ont jusqu’au 11 août pour présenter leurs candidats à sa succession. Le PLR tessinois doit informer ce mardi sur son choix.

Lire aussi: Le ticket tessinois a la cote au PLR

Trois noms sont avancés au Tessin, qui n’est plus représenté au Conseil fédéral depuis le retrait de Flavio Cotti (PDC) en 1999. Le favori est le chef du groupe PLR au Parlement fédéral, Ignazio Cassis. L’ancienne conseillère nationale et ancienne conseillère d’Etat tessinoise, Laura Sadis, s’est mise à disposition du parti. Le troisième intéressé est le conseiller d’Etat Christian Vitta, en charge du Département de l’économie et des finances.

Le week-end dernier, le président du PS, Christian Levrat, avait suggéré au PLR de proposer un ticket de deux femmes. Les libéraux-radicaux n’ont plus eu de femme au gouvernement depuis 1989, avait critiqué Christian Levrat.

Dossier
Succession de Didier Burkhalter: l'élection d'Ignazio Cassis au Conseil fédéral

Publicité