La police vaudoise a mis au jour un réseau de pédophiles s’étendant à 78 pays. Pas moins de 2299 adresses IP, correspondant à autant d’ordinateurs connectés à Internet, ont été identifiés, ainsi que l’ont révélé Le Matin dimanche et la SonntagsZeitung. En Suisse, l’enquête porte sur 32 cas, dans douze cantons. Des arrestations ont déjà eu lieu aux Etats-Unis.

Webmaster innocenté

Pour les enquêteurs suisses, cette enquête représente une première à plus d’un titre. C’est la première fois que la Suisse héberge un site pédophile ayant donné lieu à des téléchargements aussi massifs, a précisé au Temps Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise. C’est la première fois également que des images pédophiles sont dissimulées dans l’arborescence d’un site à l’insu de celui-ci.

En effet, c’est à l’intérieur d’un site consacré au mouvement hip hop en Suisse romande que le matériel pédophile – 101 vidéos montrant des actes sexuels impliquant des mineurs – a été découvert. Il se trouvait dans une partie désactivée du forum de ce site. Pour y accéder, les usagers clandestins se servaient d’un lien permettant d’accéder directement à un ficher compressé à télécharger. Les films-échantillons étaient accompagnés d’un document permettant de commander la version complète. L’enquête a permis d’établir formellement que le webmaster du site romand ignorait tout de cette présence délictueuse.

Une dénonciation auprès de la police belge est à l’origine de cette enquête, qui a mené rapidement dans le canton de Vaud, région d’hébergement du site. Les enquêteurs vaudois spécialistes d’Internet, sous la conduite de l’inspecteur principal adjoint Arnold Poot, ont travaillé rapidement. Dans certains pays, les fournisseurs d’accès n’ont pas d’obligation légale de conserver la mémoire des connections.

En un mois et demi, près de 2300 adresses IP ont été listées, dans près de 80 pays, mais en bonne partie aux Etats-Unis et dans les pays de l’Est. Aux polices des divers pays d’établir ensuite l’identité des détenteurs ou des utilisateurs de ces adresses. En Suisse, l’enquête a dénombré trente-deux cas dans douze cantons, dont Zurich et Bâle-Ville. Un homme a déjà été condamné à une amende dans le canton de Glaris. Aucun cas n’a été recensé dans le canton de Vaud lui-même. En Suisse romande, trois adresses IP ont été repérées, dans les cantons de Genève et de Fribourg.

Fournisseur russe

Qui est responsable de ce site pédophile? Le fil de l’enquête remonte jusqu’à une adresse en Russie. C’est là qu’aboutissaient les 10 dollars qu’il fallait payer pour obtenir une vidéo proposée ou les 500 dollars pour l’ensemble. La Russie et les pays de l’Est d’un côté, les USA de l’autre, sont tenus par les enquêteurs vaudois comme les régions du monde les plus touchées par la pédophilie sur Internet. Mais si la répression est manifeste aux Etats-Unis, elle est moins déterminée en Europe orientale.