C'était devenu systématique. Le jour des votations fédérales, Genève était l'un des derniers, si ce n'est le dernier canton, à rendre sa copie. Mais dimanche à 14 heures, le canton du bout du lac a été parmi les premiers à transmettre ses résultats définitifs. Ce devrait être désormais toujours le cas, car Genève a remplacé le dépouillement manuel des bulletins de vote par correspondance, qui représentent 91% de l'ensemble des suffrages exprimés, par un système électronique. Quant aux bulletins déposés dans l'urne, ils continuent d'être dépouillés dans le bureau de vote. Chacune des cinq machines à lecture optique dont s'est doté le Service des votations et élections est capable de décrypter 10 000 fiches à l'heure. Sachant que, ce dimanche, il y a eu près de 130 000 bulletins à lire, l'opération n'a pas duré longtemps. Néanmoins, comme il s'agissait d'une première, le comptage a débuté dans la nuit de samedi à dimanche, sous la surveillance de contrôleurs mandatés par les partis.

«Nous avons gagné trois à quatre heures par rapport à d'autres dimanches de votations», s'est réjoui le chancelier d'Etat Robert Hensler.

Genève fait désormais figure de canton exemplaire dans le domaine des votations. Outre le système de lecture optique, qui assure la rapidité du dépouillement, le canton a l'un des taux de participation les plus élevés. Dimanche, 62,16% des Genevois se sont exprimés. «Ce bon résultat est obtenu grâce au vote par correspondance, qui est chaque fois davantage utilisé par les électeurs», note Carlo Lamprecht, président du Conseil d'Etat.