Tessin 

Succès historique des femmes au Grand Conseil tessinois

Avec 31 élues, le parlement compte 9 députées de plus qu’en 2015. La liste exclusivement féminine Più Donne fait son entrée au législatif avec deux sièges

Si le gouvernement tessinois demeure 100% masculin, le parlement cantonal fait mieux en matière de représentativité. Sur l’élection de 90 parlementaires ce dimanche, 31 sont des femmes, contre 22 en 2015. Coordonnatrice de la campagne interparti «Io voto donna» (je vote femme) qui a précédé le scrutin, Marialuisa Parodi, présidente de la Fédération des associations féminines au Tessin (FAFTPlus), se félicite de la sensibilisation croissante de l’électorat envers l’importance d’une représentation féminine. «Nous visions 30 élues, rappelle-t-elle. Ces résultats sont historiques pour le canton, avec un taux d’augmentation d’élues de 40%.»

Avec 34% de femmes au Grand Conseil, le Tessin dépasse désormais la moyenne nationale, se hissant vers la frange supérieure, observe-t-elle, remarquant par ailleurs que le taux de succès des élues est pratiquement égal à celui des hommes. «On dit que les femmes ne votent pas pour des femmes; ces élections réfutent cette idée reçue. Lorsqu’elles sont sur les listes, les gens votent pour elles et les partis doivent davantage s’en rendre compte», estime Marialuisa Parodi.

«L’électorat est en avance sur les partis»

Ces élections tordent le cou à un autre préjugé, celui qui veut que les femmes n’auraient pas le profil adéquat, constate aussi la présidente des associations féminines: «Avec l’expérience de cette législature, dans quatre ans, rien ne pourra justifier la réélection de cinq hommes au Conseil d’Etat.»

La liste Più Donne (davantage de femmes) a créé la surprise. Formée fin 2018 et comptant 47 noms, elle a récolté 1,99% des voix et obtenu deux sièges, avec Tamara Merlo et Maristella Patuzzi, d’anciennes Vertes toutes les deux. «Ces résultats vont au-delà de nos attentes, l’électorat a compris notre message», se réjouit la première, ajoutant que les partis doivent entendre que la population exige une classe politique plus représentative de la société. «Nous tenterons de créer un groupe de femmes interpartis pour faire avancer le thème de la parité», promet-elle, soulignant aussi que le succès des formations d’extrême gauche lors de ces élections est celui de «listes qui donnent leur juste part aux femmes et aux questions liées à l’égalité».

Jeune violoniste prodige, Maristella Patuzzi se dit à la fois «heureuse et surprise» de son élection. «J’ai eu plusieurs concerts à l’étranger ces derniers mois, je n’ai pas eu le temps de faire campagne.» Avec une dizaine de députées en plus au Grand Conseil, quel changement peut-on attendre? «Je crois que cela se traduira par une vision plus complète des vrais problèmes et des solutions à apporter. Ce sera certainement une plus-value.»

Publicité