Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des visiteurs regardent des poissons dans un aquarium lors de l'ouverture d'Aquatis, le plus grand Aquarium-Vivarium d'eau douce en Europe ce samedi 21 octobre 2017 a Lausanne. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
© JEAN-CHRISTOPHE BOTT

MUSéE

Succès pour le premier week-end d'Aquatis

Pour le premier week-end d’ouverture d’Aquatis, c’est plus de 6450 visiteurs qui se sont rendus dans les hauts de Lausanne voir le plus grand aquarium d’Europe dédié à l’eau douce

Aquatis a attiré la foule pour son premier week-end d’ouverture. Plus de 6450 personnes ont découvert cet aquarium-terrarium, le plus grand d’Europe dédié à l’eau douce. Même s’il manquait encore un certain nombre de poissons.

L’espace a ouvert samedi, après le rush des derniers préparatifs. Il a attiré le premier jour presque 2500 visiteurs, et davantage encore dimanche. Vers 16h45, les compteurs étaient à 3950 entrées.

De nombreuses familles avec enfants ont fait le déplacement. «Cela dépasse nos espérances. On est très contents; c’est vraiment l’effervescence», a déclaré dimanche à l’ATS la directrice Angélique Vallée-Sygut.

Sur les cinq continents

Aquatis propose un voyage ludique et pédagogique à travers les cinq continents, du glacier du Rhône jusqu’à l’Amazonie. Projections et jeux de miroirs sur les murs, sols et plafonds, tunnel sous un bassin: tout est fait pour immerger le visiteur dans l’exposition.

Les retours des visiteurs sont «globalement positifs», même s’il reste quelques réglages à effectuer, a expliqué Mme Vallée-Sygut. Certains éléments de signalétique seront adaptés et les messages audio – parfois peu audibles – revus.

Pas encore tous les poissons

A terme, Aquatis abritera quelque 10’000 poissons et une centaine de reptiles. Ce premier week-end, tous les aquariums étaient occupés, mais il manquait environ un quart des poissons. Quelques bassins, remplis récemment, présentaient une eau trouble.

Lire aussi: A Lausanne, Aquatis est prêt à sortir de l’eau, encore trouble

Certains poissons, les raies notamment, ont remué la vase. Les limons seront filtrés, ce qui devrait prendre entre quelques jours et quelques semaines pour les plus gros volumes. De nouveaux poissons, actuellement encore en quarantaine, arriveront peu à peu. Pour certaines espèces, qui ne peuvent être transportées que lorsqu’il fait froid, il faudra attendre novembre ou décembre.

Objectif ambitieux

Une belle brochette de poissons colorés ou non, grands ou petits attend déjà les visiteurs: le labido jaune, le pacu, cousin herbivore du piranha, ou l’arapaïma, le plus gros poisson d’Amérique du Sud qui peut atteindre 4,5 mètres. Plus des reptiles comme le taïpan du désert, le serpent le plus venimeux du monde.

Aquatis espère attirer 450’000 visiteurs la première année, et 400’000 par la suite, un objectif ambitieux. Le projet a coûté 65 millions de francs, 18,5 millions de plus que ce qui était prévu.

Plus qu’un musée

«Il faut se rappeler qu’au départ il s’agissait de créer un Musée de l’eau. Nous avons fait beaucoup plus: nous avons repris le Vivarium, développé la scénographie et les collaborations scientifiques», explique Bernard Russi, PDG du groupe BOAS, principal investisseur.

Lire aussi: Les tarifs d’Aquatis font tousser la Toile

Il estime «justes» les tarifs d’entrée qui font débat sur la toile: 29 francs pour un adulte, 19 francs pour un enfant entre 5 et 15 ans. Le projet est particulier: il mêle des animaux vivants et une scénographie immersive, renchérit Mme Vallée-Sygut. Sans la taxe lausannoise sur les divertissements (14%), les tarifs seraient les mêmes que ceux pratiqués au musée Chaplin, ajoute-t-elle.

Enthousiasme pas unanime

Enfin, samedi matin, une cinquantaine d’animalistes se sont rassemblés devant l’entrée pour dénoncer la détention d’animaux en captivité. Aquatis rappelle que l’aquarium-terrarium veut certes divertir, mais aussi informer et sensibiliser le public sur la sauvegarde des espèces et l’importance de préserver l’eau douce.

Lire également: Aquatis, un néo-impérialisme culturel

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a