Au moins quatre personnes se présentent à la succession du procureur général de la Confédération Erwin Beyeler, suite à sa non-réélection le 15 juin dernier. Parmi elles, ses deux suppléants. Le Parlement désignera le nouveau chef du Ministère public de la Confédération (MPC) le 28 septembre.

La Commission judiciaire des deux Chambres avait ouvert le poste aux candidatures fin juin. Interrogé par l’ATS jeudi à la veille de la date limite pour la remise des dossiers, le président de la commission Reto Wehrli (PDC/SZ) n’a pas souhaité donner de détails quant aux candidatures reçues jusqu’ici. Même leur nombre est confidentiel, assure-t-il.

Quatre candidatures ont toutefois été rendues publiques à travers les médias et ont été confirmées à l’ATS jeudi par les intéressés. Parmi celles-ci, les deux procureurs généraux suppléants d’Erwin Beyeler Ruedi Montanari et Maria-Antonella Bino.

Ruedi Montanari, âgé de 45 ans, exerce ses fonctions depuis avril 2008. Il vient du canton de Soleure et est membre du PDC. Maria- Antonella Bino est, elle, affiliée au PLR. La Genevoise de 44 ans a été confirmée au poste de procureur général suppléant en mars dernier par le Parlement.

Un autre membre du PLR est dans la course, en la personne de Patrick Kneubühl. L’avocat est responsable de la mobilité et du droit économique auprès de l’Union suisse des arts et métiers.

Enfin, le juriste et avocat Michael Lauber, longtemps actif dans le canton de Berne, a également fait part de son intérêt pour le poste de chef du MPC. Agé de 45 ans et sans parti, il préside l’autorité de surveillance des marchés financiers du Liechtenstein depuis début 2010.

Des auditions seront menées avec les personnes retenues à la fin août, indique le secrétariat de la Commission judiciaire. La date de l’élection par le Parlement est prévue pour le 28 septembre, durant la troisième semaine de la session d’automne.

Le futur procureur général de la Confédération devrait entrer en fonction au début 2012. Le poste, un 100%, correspond à la classe de salaire 36. Le salaire maximal atteint ainsi 286’202 francs par an pour 2011. Le salaire de départ doit être déterminé par la Commission judiciaire.