asile

«Je suis trop fragile pour raconter»

Deuxième jour d’immersion dans l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants pour notre journaliste Valérie de Graffenried et notre photographe Eddy Mottaz. Extrait de leur blog «Paroles d’asile»

Elle est dans sa chambre, à écouter de la musique ivoirienne. Awa (prénom fictif), T-shirt orange, a 27 ans et vient d’Abidjan. Elle nous regarde avec un peu de méfiance. On essaie de l’amadouer en parlant de musique africaine. Puis, peu à peu, elle se livre. Mais ne veut pas donner son nom. «Pas maintenant, peut-être plus tard. Il faut d’abord que je sache si je peux vous faire confiance. Vous comprenez?» (…)

Lire la suite

Publicité